Les tendances d’achats des Français

Les tendances d'achats des Français

Publiée le 28 août 2019 à 17h28 par Youlead

On s’est intéressé aux français et à leurs emplettes !

Le bilan

Selon une étude menée par l'agence Wide en partenariat avec l’EBG et Harris Interactive, l’e-shop gagne du terrain. Le comportement d'achat des Français ne cesse d'évoluer et l'écart se réduit entre les e-shoppers (81%) et les adeptes des courses en magasin (98%).
Mais attention, le magasin reste le point de vente favori du consommateur Français qui le privilégie pour ses achats du quotidien. On peut considérer qu'il s'agit d'un "réflexe magasin". 

Mais le parcours d’achat évolue !  Il est maintenant composé de différentes étapes :

  1. Je découvre
  2. J’évalue
  3. Je prends ma décision

Aujourd'hui, on prend le temps de se renseigner en ligne avant d'acheter (93 % des Français). En effet, c'est plus pratique ! Pas besoin de se déplacer, tout est accessible en ligne, ce qui permet même de faire des comparaisons de prix (93 % des Français) en un temps record. Au-delà de s'informer ou de comparer, internet permet à 91 % des Français de rechercher la bonne affaire ! Le challenge pour une entreprise est de pouvoir être présente durant toutes ces phases. Avoir un site internet vous laisse la chance de capter les 54 % des Français qui utilisent les sites web des marques pour se renseigner. Il en va de même pour les commentaires de vos clients : qu'ils soient sur votre site web, sur Google, ou sur votre page Facebook, les avis clients ont un réel impact sur la prise de décision d'un acheteur. Si 56 % des Français s'intéressent aux avis clients présents sur le site web d'une marque, ils sont également 47 % à utiliser des comparateurs en ligne. Le web est un excellent moyen de s'informer, un acheteur pourra y trouver toutes les informations qu'il souhaite avoir à votre sujet. Votre e-réputation a donc une grande importance ! Surveillez-la de près. Votre présence digitale est donc primordiale, elle vous permet de multiplier les points de contact. Elle sera un véritable atout dans ce processus d'achat et votre site web est un outil d’aide à la décision disponible 24h/24 pour le consommateur !

Sources :
Wavestone, Baromètre des nouvelles tendances de consommation 2018
DIGITAL 2019: GLOBAL DIGITAL OVERVIEW - We are Social and Hootsuite 

Crédit photo :
splitov27 © Adobe Stock

Articles connexes

Le Click and Collect : une opportunité pour les commerces de proximité

Le click and collect, on en entend parler très régulièrement en ce moment. Et pour cause, il est devenu plus populaire ces derniers temps. Mis en avant comme LA solution pour permettre aux commerces de maintenir un minimum de leur activité durant le confinement. Très apprécié des consommateurs, le click and collect ne date pas d’hier. Beaucoup de grandes entreprises l'ont déjà adopté depuis un certain temps pour vendre leurs produits comme l’enseigne de maquillage Sephora par exemple.

En quoi consiste le click and collect ? Et comment peut-il être un nouveau canal de vente intéressant pour votre entreprise ?

Réponses dans cet article 👇

Bon, tout d’abord faisons un bref résumé de ce qu’est le click and collect. 
Le click and collect consiste à commander sur internet pour ensuite aller retirer son ou ses achats en magasin. On appelle cela, une solution web-to-store. Pour info, le web-to-store est une réponse à un comportement très courant chez les consommateurs : faire une recherche en ligne pour s’informer et comparer les prix, prendre connaissance des avis clients (ou d'autres actions de ce genre) dans le but de trouver le produit ou service qui répond au mieux à nos attentes et se rendre en point de vente pour effectuer notre achat. 
Actuellement présenté comme un moyen de survie pour les commerces de proximité, le click and collect peut vous être utile sur le long terme et peut devenir un réel avantage, tant pour vous que pour vos clients.

Voici quelques avantages du click and collect pour les commerces de proximité...

Souplesse du paiement

Peut-on payer en ligne ? Oui tout à fait ! On peut régler ses achats directement en ligne au moment de la commande ou bien payer une fois sur place au moment du retrait de la commande. Peut-être que vos clients ne sont pas très à l’aise avec le paiement en ligne, mais apprécient le fait de pouvoir commander de chez eux. C’est donc une solution flexible qui ravira tout aussi bien les adeptes comme les sceptiques du paiement en ligne.

 

Pas de frais de port et pas de gestion de livraison de commande

Et ça, c’est non négligeable. Lors d’une commande en ligne, les frais de port peuvent être un frein à l’achat pour les consommateurs. Ils sont parfois très élevés en comparaison du prix du produit et sont une des raisons pour lesquelles certains internautes abandonnent leur commande. Avec le click and collect, pas de frais de port ou de frais de livraison ! On paie le produit, un point c’est tout
Côté commerçant, la gestion de la livraison peut s’avérer complexe. Il faut revoir son organisation en interne et veiller aux délais de livraison. Mais la gestion de la livraison, c’est aussi un outil technique à mettre en place qui peut demander beaucoup de temps et beaucoup d’argent. En optant pour le click and collect, on se débarrasse de ces contraintes, même si cela demande une nouvelle organisation de gestion des commandes au sein de l’entreprise.

 

Maintien du contact direct avec les clients

A contrario de la livraison à domicile, le retrait en magasin vous permet de garder un contact direct avec votre client, même s’il est bref. Vous pouvez échanger quelques mots et pourquoi pas, l’interroger sur le service que vous proposez.
Et si c’est un nouveau client, il vous aura découvert VOUS ainsi que votre magasin et son ambiance. Il sera peut-être plus à même de revenir pour un futur achat.

 

Conseils et fidélisation

Comme vu précédemment, le fait d’avoir un contact direct avec ses clients est bien plus propice à l’échange. Cela laisse la possibilité de donner des conseils sur l’utilisation du produit, de donner quelques explications et précisions, de répondre aux questions et de parer à d'éventuelles insatisfactions qui seraient dues à une incompréhension de la part du client. 
C’est aussi un outil qui vous permet de fidéliser vos clients. D’une part, vous leur offrez une nouvelle manière de faire leurs achats chez vous, une innovation qu’ils devraient pouvoir apprécier. Mais en plus, vous ne perdez pas ce lien qui s’est créé entre vous et conservez votre moment de rencontre.

 

Délai d’attente réduit !

Le click and collect c’est aussi la solution des impatients ! Les délais entre la commande et le retrait dépendent des magasins, mais en règle générale, il est possible de venir chercher ses achats en point de vente le jour même. De quoi satisfaire les plus pressés !

 

Le mix idéal entre e-commerce et commerce physique

Profitez des atouts du e-commerce et d’une boutique physique ! Vous diversifiez votre offre pour le bonheur de certains clients qui rêvaient de pouvoir acheter chez vous sans bouger de leur canapé. Vous attirez de nouveaux clients tout en conservant le lien avec vos clients fidèles qui auront à leur disposition un nouveau service. Un nouveau canal de vente qui vous permet de doper votre trafic en magasin et de faire de la vente additionnelle (hors contexte de confinement) et donc, de générer du chiffre d’affaires.

 

Youlead vous accompagne dans la mise en place d’un service de click and collect ☝
Si vous souhaitez vous réinventer pour demain avec de nouveaux services, notre équipe se fera un plaisir de vous conseiller.

Source image : DanRentea © Adobe Stock

Lire la suite

Les chiffres clés du e-commerce en 2020

La Fevad (fédération e-commerce et vente à distance) publie ses chiffres clés du e-commerce 2020. Cette étude fait un tour d’horizon de la vente en ligne en abordant divers thèmes comme l'économie de la vente en ligne, le développement du commerce mobile, le profil type des consommateurs, leur sensibilité éco-responsable… Une étude riche en informations et instructive. 

 


Le e-commerce passe le cap des 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires  

 

Le chiffre d’affaires du e-commerce est encore en net progression et cela depuis 2015. En hausse de 11.6 % par rapport à 2018, le e-commerce représente 103.4 milliards d’euros en 2019. On ne peut pas nier la performance de la vente en ligne qui chaque année prend de plus en plus d’espace dans nos habitudes de consommation.

 

 

Zoom sur les e-acheteurs et l’utilisation du mobile

 

8 internautes sur 10 achètent sur Internet tous supports confondus. On constate que les femmes autant que les hommes sont des adeptes du e-commerce (82 % d’hommes vs 81.5% de femmes). Les plus gros utilisateurs du commerce en ligne sont les 25-34 ans, on pourrait alors penser que c’est une affaire de jeunes actifs, mais non loin derrière on retrouve les 35-49 ans. La vente en ligne ne semble pas être une affaire de génération au vu de la diversité d’âge des acheteurs. On peut donc considérer que presque tout le monde a ou va à un moment donné acheter en ligne. Pour les e-commerçants, il est donc important de repérer les acheteurs réguliers.
D’autre part, 3 internautes sur 10 font leurs achats sur internet via leur mobile ce qui représente
16.3 millions de Français. 

 

Les achats des m-acheteurs sont en grande partie orientés produits. En effet, 64 % des e-acheteurs mobile commandent des produits sur internet, 41 % achètent des services (billets culturels, voyages…),
18 % achètent des applications et enfin 17 % commandent des abonnements dématérialisés à des produits culturels.

 

 

La vente en ligne, une aubaine pour le commerce de proximité

 

Les consommateurs sont demandeurs de services de proximité et le e-commerce aide les TPME à répondre à la demande. Si l’on prend l’exemple de l’alimentation, de plus en plus de producteurs locaux proposent un service en ligne pour commander son panier ou se le faire livrer. Les artisans et les commerçants ont une belle opportunité de générer du chiffre d’affaires grâce à une boutique en ligne qui vient compléter leur présence en physique. On parle de dynamique omnicanale. On optimise ses points de contacts et méthodes de distribution pour satisfaire les attentes des consommateurs.

 

 


Les marketplaces, des atouts pour l’e-commerce

 

Les marketplaces ou les “places de marché” sont des sites internet où des vendeurs indépendants vendent leurs produits. Pour n’en citer qu’un, Amazon est ce que l’on appelle une marketplace. Ces sites sont très pratiques pour les internautes. Ils peuvent trouver des produits très divers à un seul et même endroit. Populaires, les places de marchés attirent aussi les petites et moyennes structures pour distribuer leurs produits. Les TPE et PME utilisent donc ces plateformes pour booster leur business.

 

 

Amazon, le champion de la vente en ligne

 

L’étude présente le top 5 de la pénétration des sites e-commerce. Avec plus de 200 600 sites marchands actifs, la concurrence se fait sentir, mais certains grands groupes réussissent à tirer leur épingle du jeu. En 2019, les sites qui comptent le plus grand nombre de clients sont Amazon (sans surprise), la Fnac, Cdiscount, Veepee puis Eleclerc.


 

Les Français, la mode et le e-commerce

 

Le monde de la mode et de l’habillement est très populaire sur le web, il représente à lui tout seul la moitié des achats effectués en ligne avec 51 % des e-acheteurs, suivi de près par les produits culturels.
Bon à savoir : le montant moyen d’une transaction est de 59 euros. Un chiffre légèrement en baisse (-3.6 %) par rapport à 2018.

 



Sensibilité éco-responsable et e-acheteurs


Les consommateurs sont de plus en plus sensibles à l’environnement et à l’écoresponsabilité. L’étude démontre que 70 % des consommateurs privilégient les sites qui s’engagent dans une démarche responsable.

 

 

Source : Étude de la Fevad, pour voir toute l'étude cliquez ici.

Crédit photo : Elena © Adobe Stock

Lire la suite

10 astuces pour optimiser sa fiche Google My Business

 

Google My Business est l'outil indétrônable du référencement local. Une solution très performante aux multiples avantages qui permet d'améliorer votre visibilité sur Google.

Pour optimiser votre fiche Google My Business et profiter de tous ses avantages, tout se passe du côté de l'administration. Si vous n'avez pas encore créé votre fiche, c'est le moment de vous lancer ! Vous pourrez ensuite suivre ces astuces.
Voici ci-dessous à quoi ressemble l'outil de gestion (administration) de Google My Business. Sur la gauche, vous retrouvez les onglets pour compléter et optimiser votre fiche. Sur la droite, vous voyez l'aperçu de l'onglet "infos".

 

Savez-vous où apparaît votre fiche Google My Business ?

Elle va apparaître à différents endroits stratégiques pour Google. Prenons l'exemple d'un restaurant à Orléans : Notre cher et tendre...le bœuf.

Le Knowledge Panel : C'est ce qui apparaît en haut à droite d'un écran d'ordinateur lorsque l'on recherche quelqu'un ou quelque chose de précis. Ici par exemple, on tape dans la barre de recherche "Notre Cher & Tendre… Le Bœuf " et on aperçoit la fiche Google My Business avec toutes les informations qui ont été renseignées.

Google Maps : une fiche Google My Business apparaît aussi dans Google Maps. Vous voyez votre établissement apparaître sur la carte avec un petit picto. Ce pictogramme est choisi en fonction de la catégorie que vous renseignez. Pour un restaurant, on retrouve le pictogramme avec les couverts.

Le pack local : Il s’agit des 3 premiers résultats "locaux" affichés par Google sur la page des résultats.

 

Ceci étant dit, voyons ensemble 10 astuces pour optimiser votre fiche Google My Business.

 

1. Mettre le nom de son entreprise et rien d'autre

Ça paraît évident, et pourtant… Bien renseigner le nom de son entreprise est primordial.

❌ Ne cherchez pas à ajouter des mots-clés ou une localisation à côté de votre nom d’entreprise, ça pourrait être contre-productif. Google n’est pas très fan de cette technique et pourrait vous sanctionner. La transparence et l’authenticité tiennent une place importante sur Google My Business.

 

2. Choisir les bonnes catégories

 

Catégorie principale


Vous renseignez votre catégorie dès la création de votre fiche, vous pouvez aussi la modifier dans l’onglet “infos” juste en dessous du nom de votre entreprise.

La catégorie principale est très importante, elle a un impact sur votre référencement local. C’est grâce à cette catégorie que Google sait ce que vous faites et décidera de vous afficher sur les critères de recherche d’un internaute. La catégorie principale est à sélectionner avec soin ! Elle permet à vos clients et prospects de mieux comprendre ce que vous faites, mais également de vous trouver en fonction d’un secteur d’activité recherché. Prenez un instant pour noter les mots-clés qui selon vous décrivent votre entreprise. Vous devrez sélectionner une catégorie parmi les propositions de Google. Vous ne pourrez pas enregistrer votre propre catégorie. C'est pourquoi il est important de tester différents mots-clés et de sélectionner la catégorie qui vous semble la plus pertinente, celle qui correspond le mieux à votre activité.

 

💡 Si vous ne savez pas quoi choisir, n'hésitez pas à jeter un œil sur ce que font vos concurrents. Cela devrait pouvoir vous aider à faire votre choix. Si aucune catégorie ne correspond parfaitement à votre activité, vous allez devoir prendre votre mal en patiente et sélectionner celle qui s'en rapproche le plus. Google fait régulièrement des ajouts de catégorie, vous trouverez peut-être votre bonheur plus tard.

 

Catégories supplémentaires

Vous pouvez également renseigner des "catégories supplémentaires". Cela peut être utile si vous considérez que la catégorie principale n’est pas assez pertinente ou que vous avez plusieurs activités.
C'est utile, mais pas indispensable, il faut qu'elles restent pertinentes. L’important, c’est d’être cohérent.

Par exemple, si vous avez un salon de coiffure et que vous proposez des prestations de coiffure à domicile et que vous avez réservé une partie de votre salon pour réaliser des manucures :
Salon de coiffure sera votre catégorie principale, coiffeur à domicile et salon de manucure seront des catégories supplémentaires.

💡 Testez et ajustez. Suivez les performances de votre fiche Google My Business en vous rendant dans l'onglet "statistiques". Si vous décidez d'ajouter une ou des catégories supplémentaires, surveillez votre position dans les résultats. N'abusez pas des catégories secondaires, la cohérence reste la priorité. Votre choix pourrait avoir un impact négatif sur votre visibilité.

 

3. Renseigner les informations de base


✔️ adresse
✔️ zones desservies
✔️ jours et horaires d’ouverture. (Vous pouvez même préciser les jours de fermeture exceptionnels comme les jours fériés et autres événements).
✔️ numéro de téléphone

C'est encore une fois tout simple, mais mal remplir ou oublier de mettre à jour ces éléments pourrait vous desservir. Google aime que tout soit cohérent et que l’on fournisse un maximum d’informations aux internautes. Ne loupez pas cette étape très simple, mais primordiale aux yeux de Google !

💡 Veillez à ce que toutes les informations que l’on trouve sur le web soient cohérentes. Par exemple, votre adresse doit être la même sur votre fiche comme sur votre site internet. Il en va de même pour votre numéro de téléphone ou vos horaires d’ouverture. Pour modifier ces informations, rendez-vous dans la section “infos”.

 

4. Ajouter vos services


Vous avez la possibilité d'ajouter vos services sur votre fiche Google My Business. Comme pour choisir votre catégorie, vous allez devoir rentrer des mots-clés et sélectionner les services qui vous correspondent. Mais cette fois-ci, en plus, vous allez pouvoir ajouter vos “Services personnalisés”. Si un de vos services ne figure pas dans la liste, vous allez pouvoir l’ajouter manuellement. De cette manière, vous renseignez des informations supplémentaires à Google pour qu’il puisse mieux comprendre votre activité. Et ça, Google adore !

Vous avez la possibilité d’ajouter vos services en vous rendant dans l’onglet “services”.


5. Renseigner vos produits


Tout comme pour les services, vous disposez d’un onglet dédié pour vos produits. Vous pourrez donc choisir des produits à mettre en avant sur votre fiche. Vous avez la possibilité d’ajouter un bouton d’appel à l’action : 

 ✔️commander en ligne
✔️ acheter
✔️ en savoir plus
✔️ profiter de l’offre
✔️ trouver une image 


💡 Pour les restaurants, on ne retrouve pas “produits” ou “services” mais un onglet “menu” afin de donner plus d'informations sur la carte proposée.

 

6. Rédiger une description


Votre description est un élément important de votre fiche Google My Business. L’idée est de faire une description complète, mais qui donne envie d’en savoir plus. Cette description doit permettre aux internautes de comprendre qui vous êtes et ce que vous proposez. C'est un élément à travailler avec attention. Google vous impose un nombre de 750 caractères maximum. Il n’y a donc pas la place pour écrire un roman.

💡 Ne cherchez pas à blinder de mots-clés votre description, ça n’a aucun intérêt. Des experts ont évalué cette pratique et en ont conclu que votre référencement naturel ne sera pas boosté.

 

7. Ajouter un logo et des images


Google My Business va vous demander de mettre un logo ainsi qu’une photo de couverture. Là encore, c’est tout simple, mais faites-le. Plus vous donnez d'éléments à Google pour prouver votre légitimité et votre authenticité, plus il vous fera confiance.

Vous pourrez mettre en ligne vos images en vous rendant sur l’onglet “photos” sur la droite de votre écran. Vous pourrez aussi ajouter d’autres photos pour aider les internautes à se projeter. Des photos de l’équipe, de l’intérieur et/ou de l’extérieur de votre établissement, des photos de vos produits et/ou services, etc. Toutes les images qui aideront les internautes à vous connaître et à humaniser votre entreprise sont les bienvenues.

💡 Utilisez des photos récentes et de bonnes qualités. Évitez les photos retouchées. Il est même possible d’ajouter des vidéos !

Formats :

- logo : 250×250 pixels,
- photo de couverture : 1080×608 pixels.

 

8. Mentionner votre site internet


Renseigner votre site web est une étape clé. Vous indiquez clairement à Google quel est votre site officiel. En fait, vous précisez à Google "ce site me représente, tu peux t'y fier". C'est intéressant pour Google qui va pouvoir l'analyser et lire vos contenus. Au-delà de plaire à notre ami Google, vous permettez aux internautes de se renseigner davantage sur vous et vos prestations. En plus d'être pratique, ça vous donne de la crédibilité, c'est un gage de confiance et de sérieux. Sans oublier que votre site web profitera du trafic généré par votre fiche Google My Business, un cercle vertueux pour améliorer votre référencement (SEO).

 

💡 Utiliser un site “officiel”sera mieux perçu. N’ajoutez pas vos liens vers une page Facebook ou Instagram pour combler, ce ne sera pas à votre avantage. En renseignant un site “officiel” qui sera référencé sur Google vous restez dans le cercle vertueux de Google. Rappelez-vous qu’il est le roi, et que plus vous utilisez ce qui lui appartient et ce qui lui plaît, plus vous augmentez vos chances de gagner en visibilité.

 

9. Obtenir des avis


L'importance d'avoir des avis n'est plus à prouver. Mais ce n'est pas toujours évident d'en recevoir. Généralement, on pense plus à laisser un avis lorsque l’on n’est pas satisfait plutôt que l’inverse ! C’est un fait. C’est pourquoi il est important de travailler sur le sujet et d’encourager vos clients à participer à votre bonne réputation s’ils sont contents de vos produits ou services.
Une fiche avec des avis positifs et négatifs fera plus vraie et authentique, qu’une fiche où l’on ne trouve que des commentaires positifs. Dites-vous bien que si votre entreprise est composée d’humains, alors c’est normal d’avoir quelques ratés et de devoir gérer des insatisfactions. D'ailleurs, qu'ils soient positifs ou négatifs, répondez aux commentaires, ça montrera à Google que vous êtes réactif et que vous vous intéressez à votre e-reputation.

 

💡 Vous avez la possibilité de partager un lien direct. Il s’agit d’un petit lien, que vous pourrez transmettre très facilement, via mails, sms ou via une app de messagerie. Ce lien conduit la personne qui clique dessus directement dans la fenêtre qui permet de rédiger son avis. Concrètement, on clique, on donne le nombre d’étoiles, on écrit son commentaire, et il ne reste plus qu’à valider. Un bon moyen de simplifier la possibilité de laisser un avis. Pour pouvoir partager ce lien, il vous faudra créer au préalable un "nom court". Pour ça, il vous suffit de vous rendre dans l'onglet « Infos » puis de cliquer sur «Ajouter un nom court».


10. Publier des Google posts

Pourquoi utiliser les Google Posts ? 

Tout d'abord, un Google Post qu'est-ce que c'est ? C'est un article composé d’un petit texte, d’une image et d’un appel à l’action (qui est optionnel). Il apparaît en bas de votre fiche Google My Business.
Les Google Posts sont encore très peu exploités par les entreprises, alors que c'est un réel avantage ! En publiant des actualités vous montrez à Google que vous êtes actifs, et vous permettez à vos clients et prospects de consulter des actualités de votre part en direct du knowledge panel. Un excellent moyen d'attirer des clients en magasin, de créer du trafic vers votre site web et de booster votre référencement.

 

 

Quoi publier sur Google My Business ? 

Voici les différentes options que vous propose Google My Business :

✔️ Infos COVID-19
✔️ Ajouter une offre
✔️ Ajouter une nouveauté
✔️ Ajouter un événement
✔️ Ajouter un produit


Par exemple, vous pouvez communiquer sur :

⚪ Une nouveauté comme un nouveau produit/service
⚪ Une offre promotionnelle ou saisonnière
⚪ Un événement que vous organisez : un lancement de produit, une soirée à thème, des portes ouvertes, une vente privée...
⚪ Un article de blog

 

Prenons l'exemple concret d’un restaurant :

Vous pourrez partager votre menu du jour, la nouvelle carte de saison, un nouveau plat sur la carte, mettre en avant l’équipe/un instant de travail/les “backstages" de votre restaurant, un événement que vous organisez, un article de blog avec une recette...

Les possibilités sont vraiment multiples !

 

 

 

 

 

Source : Aleksei - stock.adobe.com

Lire la suite