choisir son nom de domaine

Comment bien choisir son nom de domaine ?

Publiée le 08 fév. 2022 à 10h35 par Youlead

Pour créer un site web, il faut obligatoirement passer par la case : choisir son nom de domaine. Mais comment on s’y prend pour faire son choix ? Y a-t-il des règles à respecter ? Réponses ici !

Internet est un univers ultra-concurrentiel et les noms de domaine n’y échappent pas ! 

Dans cet article :

1️⃣ Quelques bases pour mieux comprendre ce qu'est un nom de domaine
2️⃣ 12 conseils pour bien choisir son nom de domaine

 

C’est quoi un nom de domaine ?

Avant toute chose, reprenons un instant les bases. Qu’est-ce que c’est un nom de domaine ?
Ci-dessous, voici comment s’articule l'URL d’un site web.
Le nom de domaine est ce qui se trouve après les "www.".

description composition URL

 

Votre nom de domaine est en quelque sorte l’adresse de votre site web. C’est ce qui permet à vos clients ou vos prospects de vous identifier sur internet. Il détermine votre identité sur le web. On compare souvent le nom de domaine avec l’adresse d’une maison. Votre site web serait la maison et votre nom de domaine son adresse. Vous voyez l’idée ?
Historiquement, on reconnaissait un site web grâce à une adresse IP (une longue suite de chiffre indigeste). Pour simplifier les choses, on a créé les noms de domaine. Les adresses IP sont en fait reliées à un nom de domaine unique. Un nom de domaine est beaucoup plus simple à mémoriser qu’une adresse IP. Cette correspondance entre le nom de domaine et l’adresse IP est assurée par ce que l’on appelle le DNS : Système de Noms de domaines.

Un nom de domaine sert également de base pour créer votre adresse email professionnelle. Par exemple, contact@nomdedomaine.fr. C’est pourquoi son choix est déterminant pour l’image de votre entreprise.

Ceci étant dit, vous vous demandez peut-être par qui s’est géré tout ça ?
Qui gère les noms de domaine, et comment ça s’organise ? En voici un bref aperçu :

➖ Il y a L'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), une organisation à but non lucratif qui gère l’ensemble des noms de domaine sur Internet.

➖ Vous connaissez peut-être L’AFNIC (Association française pour le nommage Internet en coopération) qui a comme mission de gérer les domaines Internet nationaux de premier niveau pour la France : les .fr. L’AFNIC est ce qu’on appelle un registre. Il existe d’autres registres qui gèrent d’autres extensions comme :

  • VeriSign Global Registry pour les .com et .net
  • Public Interest Registry / Afilias pour les .org
  • Afilias pour les .info

➖ Certains registres vendent directement les noms de domaines aux utilisateurs, d'autres ne le font pas. Dans ce cas, il faut passer par un “bureau d’enregistrement”. Par exemple L’AFNIC ne propose pas directement la possibilité de réserver un nom de domaine, elle met à disposition “un annuaire des bureaux d’enregistrement”.
Les bureaux d’enregistrement (“registrar”) sont eux accrédités par l’ICANN. Ce sont des prestataires de services comme des hébergeurs, des agences web, etc. C’est auprès d’eux que l’on fait les démarches.

 

Les 12 conseils pour bien choisir son nom de domaine

Lorsque l’on a comme projet de créer un site internet pour son entreprise, le choix du nom de domaine doit faire partie des premières choses auxquelles il faut réfléchir.

➡️ Alors, comment bien choisir son nom de domaine ? À quoi faut-il penser ?


Cohérent avec son activité

Avant toute chose, votre nom de domaine doit être représentatif, il doit vous correspondre et être cohérent avec votre activité. Pas besoin de partir sur des choses farfelues, il doit avoir du sens.
Vous avez différentes options, dont les plus courantes sont les suivantes :

  • Utiliser votre nom/prénom : marydesign.fr ou alexdupont.fr (exemples fictifs)
  • Utiliser votre nom de marque/nom de l’entreprise : youlead.fr
  • Utiliser un mot-clé représentatif de votre activité : justine-nutritioniste.fr ou sosplombier.fr (exemples fictifs)

On peut également ajouter une localisation dans un nom de domaine, cela peut être utile pour certaines activités.
Par exemple : serrurier-tours.fr ou encore ostéonantes.fr
N’hésitez pas à regarder ce qu’ont fait vos concurrents, cela vous donnera une idée de ce qu’il se fait dans votre domaine d’activité.

 

Pensez aussi “avenir”. Si vous avez pour ambition de proposer des prestations complémentaires dans le futur, veillez à ce que votre nom de domaine puisse englober ce que vous souhaitez proposer plus tard. Sinon, il faudra probablement songer à créer un second site web et réserver un autre nom de domaine.

 

Court et facilement mémorisable

Pensez à l’utilisation de votre nom de domaine. Il doit être assez court pour simplifier sa mémorisation.

✏️ Imaginez-le écrit sur vos supports de communication : carte de visite, flyers, affiches, devanture, véhicule… Est-il facilement lisible ? Est-il compréhensible d’un seul coup d'œil ? Peut-on le retenir simplement ? 
Puis imaginez-vous le prononcer lors d’un échange oral avec un client, ou au téléphone avec un prospect. Est-il audible ? Est-ce qu’il est simple à retenir ?
Faites également attention à son orthographe, il doit être assez simple pour éviter les erreurs de saisie.

Certains secteurs d’activité dépendent d’institutions qui posent des règles pour le choix d’un nom de domaine. Par exemple, les professions libérales ont certaines instructions à suivre. Renseignez-vous bien sur vos obligations et les contraintes qui sont liées à votre activité/situation.

Rappelez-vous : c’est votre image qui est en jeu avec votre nom de domaine ☝.

Certains annuaires en ligne limitent la taille des noms de domaines à 28 caractères maximum. Il est conseillé de manière générale de ne pas dépasser les 30 caractères.

 

Nom de domaine et référencement naturel

Est-ce que le nom de domaine à un impact sur le référencement naturel ?
Certains disent que oui, d’autres non. Ce qui est sûr, c’est que cette question est beaucoup moins d’actualité aujourd’hui. Ne misez pas tout sur l’insertion de mots-clés dans votre nom de domaine, vous risqueriez d’être déçus. Optez plutôt pour un nom de domaine bien pensé et privilégiez surtout pour l’optimisation du référencement naturel de votre site web. Cette stratégie sera bien plus efficace.

 

Utilisation des tirets

Les tirets sont à utiliser avec parcimonie, mais ils peuvent être utiles. Ils permettent de faciliter la lecture. Attention, il ne faut pas en abuser ! N’oubliez pas qu’un internaute doit pouvoir écrire votre URL de mémoire.
Par exemple, si vous êtes nutritionniste à Orléans, votre nom de domaine pourrait être nutritionniste-orléans.fr. Autre exemple, vous êtes photographe et vous souhaitez utiliser votre prénom : alice-photographe.fr
Mais ce n’est pas toujours valable. Jugez par vous-même la lisibilité de votre nom de domaine avec ou sans tiret.

 

Pas de caractères spéciaux

Les points-virgules, points d’interrogations ou exclamations, les #, les accents… 
Tous les caractères spéciaux sont à éviter, certains sont même interdits ❌. L'idée est d'éviter tous les éléments parasites qui pourraient complexifier votre nom de domaine.

C’est d’autant plus important lorsque vous créez une adresse mail professionnelle rattachée à votre site internet, si votre nom de domaine comporte un accent ou un caractère spécial, votre adresse mail risque de ne pas être comprise par les logiciels de messagerie.

 

Les numéros

Ils ne sont pas déconseillés. Mais il faut les utiliser avec bon sens. Les chiffres sont parfois déconseillés pour leur usage à l’oral. On peut se demander s’il faut écrire le chiffre avec les numéros ou l’écrire en lettres.
Ils peuvent parfois servir pour créer une variante de nom de domaine, car celui que vous aviez choisi est déjà réservé. Ne misez pas non plus sur le numéro d’un département pour booster votre référencement naturel. Ce n’est pas efficace.

 

Vérifier la signification des mots choisis

Veillez aussi à vérifier que les mots utilisés dans votre nom de domaine n’ont pas une signification tout autre dans une autre langue. Ce conseil s’adresse surtout aux entreprises qui ont un site multilingue, évitez les jeux de mots et les mots à sens multiples.
Faites une traduction de votre nom de domaine dans plusieurs langues avant de le réserver.

 

Vérifier que son nom de domaine est disponible

On ne va pas vous le cacher, avec les noms de domaine, c’est premier arrivé, premier servi. 
Il y a tellement de sites sur le web, que votre premier choix de nom de domaine pourrait déjà être réservé par quelqu’un d’autre. Un conseil, faites une petite liste des noms de domaine possibles pour votre activité. Vous pourrez ainsi avoir plusieurs options.

Quelques astuces

➖ Regardez les résultats de recherche Google sur des mots-clés liés à votre activité.
➖ Regardez ce que vos concurrents ont choisi.
➖ Vérifiez qu’il n’y a pas de risque de confusion avec un autre nom de domaine qui appartient à une autre entité.

Pour vérifier la disponibilité d’un nom de domaine, vous pouvez vous rendre sur :

➖ namebay.com
➖ gandi.net

Malheureusement, si vous avez essayé l’ensemble de votre liste, mais que tout est pris il va falloir trouver une alternative.

Il pourrait être intéressant de réserver plusieurs noms de domaines. Pour s’éviter de mauvaises surprises, il faut parfois assurer ses arrières.
Par exemple, il est possible de réserver différentes extensions comme le .fr et le .com. Un concurrent pourrait très bien avoir le même nom de domaine que vous en ayant seulement comme différence l’extension (vous en .fr et lui en .com).
Vous pouvez aussi réserver des variantes de votre nom de domaine, avec un tiret par exemple.

Certains réservent même des noms de domaine avec des fautes de frappe classique que font les internautes pour être sûrs de pouvoir capter ce trafic.

 

Le choix de l’extension

L’extension sert à donner une indication géographique aux moteurs de recherche. Par exemple, pour un commerce en France on va privilégier le .fr. Si votre projet a une portée internationale, on choisira plutôt le .com. 

Il existe un très grand nombre d’extensions :
➖ .fr
➖ .com
➖ .biz
➖ .net
➖ .org
➖ .gouv
...

On peut aussi trouver des extensions qui associent votre site à une région ou à une spécificité. Par exemple : .paris, .blog, .bzh, .corsica, .chirurgiens-dentistes.fr etc.

 

Le choix du prestataire

Pas simple de s’y retrouver dans la jungle des noms de domaine 🐯.
Qui dit nom de domaine, dit hébergement. Votre site web doit être “hébergé” sur un serveur, et ça aussi il faut le choisir ! Pour que votre site web puisse être publié sur internet, il faut que votre nom de domaine soit rattaché à un système d’hébergement. L’hébergeur est celui qui stock les données de votre site sur un serveur et envoie ensuite les informations aux navigateurs web.

Vous avez différentes possibilités pour réserver votre nom de domaine

➖ Vous pouvez réserver votre nom de domaine à un endroit et choisir un prestataire différent pour votre hébergement.
➖ Vous pouvez aussi faire appel à un hébergeur qui propose un service de réservation de nom de domaine.

Sachez que certaines agences web peuvent vous aider et même vous décharger de cette tache. C’est ce que l’on propose chez Youlead, on s'occupe de votre hébergement et de votre nom de domaine.


Renouveler son nom de domaine tous les ans 

Une chose à savoir, on ne parle pas d’acheter un nom de domaine, on le réserve pour une durée déterminée. Si vous souhaitez conserver un nom de domaine le plus longtemps possible, il faudra veiller à ne pas louper la date de renouvellement. Auquel cas, votre nom de domaine risque de tomber entre de “mauvaises mains” ou de tout simplement être récupéré dans la foulée par quelqu’un d’autre.

Avec les noms de domaine, il faut bien comprendre une chose : c’est un business💸. Et c’est un petit peu la guerre pour avoir LE nom de domaine idéal. Il existe des sociétés dont le job est de faire la chasse aux noms de domaine. Aussitôt oublié, aussitôt acheté par un prestataire qui pourra le revendre à son prix.

De manière générale le nom de domaine est à renouveler tous les ans. Il est possible de souscrire au renouvellement automatique auprès de l’hébergeur, ce qui peut vous soulager d’un poids.

 

Faut-il protéger un nom de domaine ?

Le marché des noms de domaine est féroce, ils peuvent être la cible de hacking ou de cybersquatting. Le cybersquatting par exemple, consiste à déposer des noms de domaine correspondant à des marques ou entreprises de façon à capter un trafic Internet qui leur est normalement destiné. (source JDN ). Lorsque vous réservez votre NDD, il n’est pas protégé par la propriété intellectuelle. Il est d’ailleurs assez difficile de le protéger efficacement.

L’INPI recommande d’enregistrer un nom de domaine sous la forme d’une marque “sous réserve que votre nom respecte les conditions de validité des marques” (source: INPI). Étant donné qu’il n’existe pas de catégorie pour les noms de domaine, l’INPI recommande d’effectuer ce dépôt dans la “catégorie des produits ou services que vous comptez présenter sur votre site”.

Attention également à ne pas jouer avec le feu en utilisant des noms de marque. N’hésitez pas à vérifier sur l’INPI que votre nom ne comporte pas un mot ou une marque déjà déposée.

💡 Bon à savoir : mieux vaut conserver un nom de domaine, même quand on ferme sa société. En effet, quelqu’un peut très bien récupérer un nom de domaine et l’utiliser en profitant de la notoriété acquise par le site web. Par exemple, vous possédez un gîte, vous lui avez donné un nom et ce même nom vous a servi pour créer votre nom domaine. Un jour, vous décidez de stopper votre activité, vous ne gérez plus votre site et laissez le nom de domaine tomber dans le domaine public. Demain, quelqu’un peut décider de reprendre votre nom de domaine et calquer son activité sur la vôtre. On pourrait penser qu’il s’agit de vous alors que non. Une situation qui pourrait s’avérer être très embêtante…

 

 

Source :

JDN

NPI

Articles connexes

L’intention de recherche : tout savoir pour faire décoller son SEO

 

L’intention de recherche SEO : c’est quoi ?

Derrière chaque requête d’un internaute se cache une intention de recherche ☝

L’intention de recherche, c’est la raison pour laquelle un internaute fait une recherche sur un moteur de recherche
"Comment poser du parquet ?", "Recette pâte à crêpe", "Meilleur aspirateur sans fil", "Instagram Rihanna", "photographe mariage toulouse"...
Chacune de ces requêtes tapées par des internautes correspond à une intention.

Lorsque l’on fait une recherche sur le web, on a déjà une idée du type de réponse que l’on souhaite consulter : article de blog, vidéo, liste à puces, site marchand, page de vente, page d’infos...
Les mots-clés que l’on tape sont conditionnés par notre intention de recherche.

Le rôle d’un moteur de recherche comme Google est de réussir à décrypter vos mots clés pour interpréter au mieux votre intention de recherche et vous proposer les résultats les plus pertinents. L’objectif de Google est de cerner au mieux votre requête (et donc votre intention de recherche) pour afficher les réponses qui vous satisferont.

Prenons un exemple ?

Vous souhaitez refaire votre salle de bains. Dans ce cadre-là, vous faites quelques recherches sur internet : 
“Salle de bain design” ➡️ vous cherchez probablement de l’inspiration. Google va afficher des images, des sites d'inspiration comme Pinterest.

“Douche à l’italienne” ➡️ vous recherchez des exemples, une idée de prix, un professionnel… Google va afficher des sites qui proposent des douches à l'italienne, des vidéos tutoriels sur comment installer ou réaliser une douche à l'italienne, mais aussi des inspirations.

“Quels matériaux pour une salle de bain ?” ➡️ vous cherchez des comparatifs, des conseils, des exemples de réalisations... Google va vous proposer des articles qui traitent le sujet, il va également vous proposer une rubrique "autres questions posées" pour répondre de manière plus précise à une interrogation...

“Renovation salle de bain orléans” ➡️ vous recherchez certainement une entreprise pour réaliser vos travaux. Vous allez comparer les prestations des sociétés, sélectionner les entreprises en qui vous pourriez avoir confiance et faire des demandes de devis/de contact. Google va d'abord vous afficher les résultats locaux pour que vous puissiez contacter des entreprises locales. Il va ensuite afficher des annuaires de professionnels ainsi que des sites web d'entreprise proposant ce service.

 

 

Il existe 4 types d’intentions de recherche


La recherche informationnelle

? S’informer sur un sujet.

L’internaute recherche une réponse à une question ou de l’aide sur un problème qu’il rencontre. Il cherche du contenu informatif pour apprendre quelque chose.
C’est le type de requête le plus couramment utilisée.

? Exemples : 

  • Déboucher un évier
  • Idée décoration Baby shower
  • Comment fonctionne Google ? 
  • Musique film Intouchable
  • Clint Eastwood

✅ Type de contenu à travailler sur un site web : guides, tutoriels, articles de blog, FAQ, vidéos, infographies…

 

La recherche navigationnelle 

? Trouver une information ou une page précise.

L’internaute sait exactement ce qu’il cherche. Il préfère passer par Google plutôt que de taper une URL. Ces requêtes comprennent souvent un nom de marque/entreprise/personne/produit ou service. L’internaute veut une réponse rapide sans avoir à naviguer sur plusieurs pages. Autrement dit, il veut naviguer le moins possible et trouver sa réponse en 1 clic.

? Exemples :

Facebook
Horaires Parc Astérix
Remboursement Norauto 
Rihanna Instagram
Blog Youlead


✅ Type de contenu à travailler sur un site web : page de destination claire, page d’accueil, page catégorie, page à propos, blog…


La recherche commerciale

? Rechercher des informations sur un produit, un service ou une marque.

L’internaute a besoin d’en savoir plus avant de se décider à acheter. Il va chercher du contenu comparatif, mais aussi de quoi se rassurer. Il recherche le meilleur compromis qui peut s’offrir à lui. C’est à ce stade de réflexion que l’on retrouve souvent des indications de localisation dans une requête (exemple : traiteur anniversaire Nantes).
Vous l’aurez compris, les recherches locales et de proximités sont en grande partie du type commercial. On considère que si vous indiquez une localisation, alors vous êtes sûrement sur le point de vous rendre sur place.

? Exemples : 
Avis Back Market
Meilleure marque d’appareil photo
Photographe mariage Toulouse 
Restaurant japonais paris
Iphone 13 vs Samsung Galaxy Z


✅ Type de contenu à travailler sur un site web : page tarifs, page produit ou service, page à propos, page de description, avis clients, page avec des réalisations…


La recherche transactionnelle

? Sur le point d’acheter ou de passer à l’action.

L’internaute à l’intention d’acheter ou d’effectuer une action. L’objectif ? Le convertir en client avec des mots-clés convaincants et des éléments qui le pousse à réaliser une action (formulaire de contact, devis en ligne, inscription à une newsletter...)

? Exemples : 

Acheter une PlayStation 5
Meilleur coiffeur Orléans
Code promo Sephora
Où acheter un vélo ?
Télécharger TikTok

✅ Type de contenu à travailler sur un site web : page produit ou page de description d’une offre, page de vente et landing page, page de prise de rendez-vous, formulaire en ligne, fichier à télécharger, démo gratuite, audit gratuit…

 

Et la recherche vocale ?

Vous vous demandez peut-être, et les recherches vocales dans tout ça ? ?
Chaque année, elles sont de plus en plus utilisées par les Français grâce aux nouveaux appareils toujours plus intelligents qui arrivent sur le marché.

Une chose est sûre, les recherches vocales sont différentes des recherches traditionnelles. On ne formule pas notre requête de la même manière à l’oral qu'à l’écrit. La formulation d’une recherche vocale est souvent interrogative et plus longue qu’une recherche rédigée de manière classique.

“Ok Google, où se trouve la pharmacie la plus proche ?” ?

Pour répondre à ce genre de requête, en référencement naturel on travaillera plutôt sur des mots clés “de longue traîne”. Autrement dit, au lieu d’opter pour un mot clé du genre “chaussures femme” on optera pour “chaussures femme course à pied blanches”.

 

 

Pourquoi comprendre l’intention de recherche, c’est important ? 

Les internautes font des recherches sur internet pour trouver des réponses à leurs questions.
❌ Si votre contenu sur le web ne répond pas aux intentions de recherche des internautes, alors vous risquez de ne pas capter leur attention.

BILAN :
De potentiels clients vous passent sous le nez ?. Votre site web ne vous apporte aucun trafic qualifié.

L’intention de recherche peut vous aider à construire votre site web. Vos pages peuvent correspondre à une intention de recherche et par la même occasion à un stade du parcours d’achat d’un visiteur.

OBJECTIF :
Faire correspondre le contenu de son site web avec l’intention de recherche de l’internaute ?.


En réalité, si vous voulez :

✔️ avoir un bon positionnement sur Google
✔️ du trafic qualifié sur votre site web
✔️ des ventes
✔️ des prises de contacts
✔️ des demandes de devis
✔️ des téléchargements
✔️ des inscriptions
ou tout ce qui peut traduire une conversion sur votre site ⤵️

Il faut que votre site web soit visible et pour cela, vous devez répondre aux intentions de recherche des internautes.

 

L’algorithme de Google évolue continuellement et il a énormément progressé sur le sujet de l’intention, ce qui est une très bonne chose pour les utilisateurs.
Il est maintenant capable d’interpréter les champs lexicaux. C’est comme cela qu’il arrive à identifier la différence entre “comment choisir un avocat mûr” ou “comment choisir un avocat divorce”. Ces ajustements que fait Google sont à prendre en compte dans votre stratégie de référencement et la visibilité de votre site web.

Google vous proposera toujours les résultats ayant eu le plus de succès auprès des internautes. En analysant votre recherche, Google choisira de vous présenter en premier les résultats qui répondent à l'intention de recherche la plus courante.

Bon à savoir

Il y a une différence entre intention de recherche réelle (celle que vous avez en tête) et intention de recherche déduite par Google (celle que Google va déduire en fonction de mots clés que vous avez utilisés). 

Dans la page de résultat (la SERP), Google peut décider de répondre à plusieurs intentions.

Prenons un exemple : “tenue de mariage”

Cette requête est très large, la personne qui a tapé cela peut avoir différentes idées en tête comme :

  • Trouver des exemples de tenue de mariage et vouloir s'inspirer
  • Evaluer les prix d'une tenue de mariage
  • Repérer où l'on peut trouver des articles de tenue de mariage (que ce soit en ligne via des site e-commerces, ou en boutique physique)
  • Acheter une tenue de marrié(e) 
  • Acheter une tenue d'invité(e)
  • ....

Comme la requête n'est pas précise, Google décide d'afficher les résultats qui ont eu le plus de succès auprès des internautes.

Voyons donc ce que nous dit la page de résultat (la SERP) ?

Ne vous focalisez pas sur les annonces qui sont en tête de page, il s’agit de publicité payante. Avec l’intention de recherche, on s’intéresse surtout au référencement naturel.

◾ Ce sont les résultats de Google Images qui apparaissent en premier. On serait plutôt sur un mix entre intention transactionnelle et commerciale.

Si la requête avait été : exemple look bohème tenue de mariage. On serait plutôt sur une recherche informationnelle.
Si la requête avait été : robe bohème mariage Orléans : On serait plutôt sur une recherche commerciale.
Et si la requête avait été : robe bohème mariage Asos. On serait plutôt sur une recherche transactionnelle.
Vous voyez l'idée ?

 

◾ On trouve ensuite des sites comme Asos, Bohoo ou la Redoute qui sont des sites marchands sur lesquels on peut acheter ce genre d’article.

◾ On trouve également des exemples de questions posées autour de cette thématique, les résultats proviennent de différents sites web.

◾ On tombe ensuite sur des résultats locaux autour du mariage.

 

◾ Puis d’autres sites web pour faire un achat et des sites web pour trouver de l'inspiration comme Pinterest “100 meilleures idées sur Tenue invitée mariage en 2022”.

Vous remarquerez, que Google n’affiche que des résultats féminins. Il a dû identifier que la majorité du temps ce sont des femmes qui vont effectuer cette recherche et propose donc des résultats en conséquence. Il en va de même pour les propositions de résultats, Google met en avant les résultats concernant les intentions de recherches les plus populaires. 

Messieurs, si vous cherchez votre tenue pour un mariage, il faudra donc écrire une requête légèrement plus précise ‘tenue de mariage homme’.

? Google n’est pas un humain. Même si l’intelligence artificielle est de plus en plus puissante, Google ne fait qu'interpréter votre recherche, mais une interprétation n’est pas toujours juste.

 

 

Comment une page peut-elle répondre à une intention de recherche ?

1️⃣ Tout d’abord, mettez-vous à la place de l’utilisateur et donc de vos potentiels clients.

Comment les internautes font-ils leurs recherches ? Quels mots clés tapent-ils ? 
Quelles questions se posent-ils en rapport avec votre activité ? 
Pourquoi font-ils leurs recherches ? 
Vont-ils rechercher quelque chose de très spécifique ? Sont-ils à la recherche d’informations, d’astuces/conseils, de tutos ? 
Cherchent-ils à acheter quelque chose ?

2️⃣ Ensuite, faites votre liste de mots clé et notez quelques idées de requête que pourraient taper vos prospects/clients.

Pour vous inspirer, vous pouvez : 
➖ Sélectionner quelques-uns de vos concurrents et faire une analyse de leur stratégie 
➖ Utiliser des outils comme Answer the Public. Cet outil permet de voir quelles sont les questions posées par les internautes autour d'une thématique.

3️⃣ Regarder les résultats Google : tapez votre mot clé et observez les types de résultats.
Analysez la première page, quels résultats propose Google ?
Que voyez-vous en premier ? 
Des résultats locaux ? Une section «autres questions posées» ?, les produits de Google Shopping ? Des articles des blogs ? Des sites marchands ? Des images/vidéos ? …

N’oubliez pas que l’on peut avoir plusieurs idées en tête au moment d’une recherche et qu’une intention de recherche peut en cacher une autre.

4️⃣ Regardez les recherches associées en bas de page.

5️⃣ Notez toutes les idées de contenus qui pourraient être intéressantes pour votre business, ainsi que les mots clés sur lesquels vous aimeriez vous positionner.

6️⃣ Passez à l'action ! Seul ou accompagné l'important maintenant c'est de tester et ajuster ?

 

Source image :  Wayhome Studio  © Adobe Stock

 

Lire la suite

10 astuces pour optimiser sa fiche Google My Business

 

Google My Business est l'outil indétrônable du référencement local. Une solution très performante aux multiples avantages qui permet d'améliorer votre visibilité sur Google.

Pour optimiser votre fiche Google My Business et profiter de tous ses avantages, tout se passe du côté de l'administration. Si vous n'avez pas encore créé votre fiche, c'est le moment de vous lancer ! Vous pourrez ensuite suivre ces astuces.
Voici ci-dessous à quoi ressemble l'outil de gestion (administration) de Google My Business. Sur la gauche, vous retrouvez les onglets pour compléter et optimiser votre fiche. Sur la droite, vous voyez l'aperçu de l'onglet "infos".

 

Savez-vous où apparaît votre fiche Google My Business ?

Elle va apparaître à différents endroits stratégiques pour Google. Prenons l'exemple d'un restaurant à Orléans : Notre cher et tendre...le bœuf.

Le Knowledge Panel : C'est ce qui apparaît en haut à droite d'un écran d'ordinateur lorsque l'on recherche quelqu'un ou quelque chose de précis. Ici par exemple, on tape dans la barre de recherche "Notre Cher & Tendre… Le Bœuf " et on aperçoit la fiche Google My Business avec toutes les informations qui ont été renseignées.

Google Maps : une fiche Google My Business apparaît aussi dans Google Maps. Vous voyez votre établissement apparaître sur la carte avec un petit picto. Ce pictogramme est choisi en fonction de la catégorie que vous renseignez. Pour un restaurant, on retrouve le pictogramme avec les couverts.

Le pack local : Il s’agit des 3 premiers résultats "locaux" affichés par Google sur la page des résultats.

 

Ceci étant dit, voyons ensemble 10 astuces pour optimiser votre fiche Google My Business.

 

1. Mettre le nom de son entreprise et rien d'autre

Ça paraît évident, et pourtant… Bien renseigner le nom de son entreprise est primordial.

❌ Ne cherchez pas à ajouter des mots-clés ou une localisation à côté de votre nom d’entreprise, ça pourrait être contre-productif. Google n’est pas très fan de cette technique et pourrait vous sanctionner. La transparence et l’authenticité tiennent une place importante sur Google My Business.

 

2. Choisir les bonnes catégories

 

Catégorie principale


Vous renseignez votre catégorie dès la création de votre fiche, vous pouvez aussi la modifier dans l’onglet “infos” juste en dessous du nom de votre entreprise.

La catégorie principale est très importante, elle a un impact sur votre référencement local. C’est grâce à cette catégorie que Google sait ce que vous faites et décidera de vous afficher sur les critères de recherche d’un internaute. La catégorie principale est à sélectionner avec soin ! Elle permet à vos clients et prospects de mieux comprendre ce que vous faites, mais également de vous trouver en fonction d’un secteur d’activité recherché. Prenez un instant pour noter les mots-clés qui selon vous décrivent votre entreprise. Vous devrez sélectionner une catégorie parmi les propositions de Google. Vous ne pourrez pas enregistrer votre propre catégorie. C'est pourquoi il est important de tester différents mots-clés et de sélectionner la catégorie qui vous semble la plus pertinente, celle qui correspond le mieux à votre activité.

 

? Si vous ne savez pas quoi choisir, n'hésitez pas à jeter un œil sur ce que font vos concurrents. Cela devrait pouvoir vous aider à faire votre choix. Si aucune catégorie ne correspond parfaitement à votre activité, vous allez devoir prendre votre mal en patiente et sélectionner celle qui s'en rapproche le plus. Google fait régulièrement des ajouts de catégorie, vous trouverez peut-être votre bonheur plus tard.

 

Catégories supplémentaires

Vous pouvez également renseigner des "catégories supplémentaires". Cela peut être utile si vous considérez que la catégorie principale n’est pas assez pertinente ou que vous avez plusieurs activités.
C'est utile, mais pas indispensable, il faut qu'elles restent pertinentes. L’important, c’est d’être cohérent.

Par exemple, si vous avez un salon de coiffure et que vous proposez des prestations de coiffure à domicile et que vous avez réservé une partie de votre salon pour réaliser des manucures :
Salon de coiffure sera votre catégorie principale, coiffeur à domicile et salon de manucure seront des catégories supplémentaires.

? Testez et ajustez. Suivez les performances de votre fiche Google My Business en vous rendant dans l'onglet "statistiques". Si vous décidez d'ajouter une ou des catégories supplémentaires, surveillez votre position dans les résultats. N'abusez pas des catégories secondaires, la cohérence reste la priorité. Votre choix pourrait avoir un impact négatif sur votre visibilité.

 

3. Renseigner les informations de base


✔️ adresse
✔️ zones desservies
✔️ jours et horaires d’ouverture. (Vous pouvez même préciser les jours de fermeture exceptionnels comme les jours fériés et autres événements).
✔️ numéro de téléphone

C'est encore une fois tout simple, mais mal remplir ou oublier de mettre à jour ces éléments pourrait vous desservir. Google aime que tout soit cohérent et que l’on fournisse un maximum d’informations aux internautes. Ne loupez pas cette étape très simple, mais primordiale aux yeux de Google !

? Veillez à ce que toutes les informations que l’on trouve sur le web soient cohérentes. Par exemple, votre adresse doit être la même sur votre fiche comme sur votre site internet. Il en va de même pour votre numéro de téléphone ou vos horaires d’ouverture. Pour modifier ces informations, rendez-vous dans la section “infos”.

 

4. Ajouter vos services


Vous avez la possibilité d'ajouter vos services sur votre fiche Google My Business. Comme pour choisir votre catégorie, vous allez devoir rentrer des mots-clés et sélectionner les services qui vous correspondent. Mais cette fois-ci, en plus, vous allez pouvoir ajouter vos “Services personnalisés”. Si un de vos services ne figure pas dans la liste, vous allez pouvoir l’ajouter manuellement. De cette manière, vous renseignez des informations supplémentaires à Google pour qu’il puisse mieux comprendre votre activité. Et ça, Google adore !

Vous avez la possibilité d’ajouter vos services en vous rendant dans l’onglet “services”.


5. Renseigner vos produits


Tout comme pour les services, vous disposez d’un onglet dédié pour vos produits. Vous pourrez donc choisir des produits à mettre en avant sur votre fiche. Vous avez la possibilité d’ajouter un bouton d’appel à l’action : 

 ✔️commander en ligne
✔️ acheter
✔️ en savoir plus
✔️ profiter de l’offre
✔️ trouver une image 


? Pour les restaurants, on ne retrouve pas “produits” ou “services” mais un onglet “menu” afin de donner plus d'informations sur la carte proposée.

 

6. Rédiger une description


Votre description est un élément important de votre fiche Google My Business. L’idée est de faire une description complète, mais qui donne envie d’en savoir plus. Cette description doit permettre aux internautes de comprendre qui vous êtes et ce que vous proposez. C'est un élément à travailler avec attention. Google vous impose un nombre de 750 caractères maximum. Il n’y a donc pas la place pour écrire un roman.

? Ne cherchez pas à blinder de mots-clés votre description, ça n’a aucun intérêt. Des experts ont évalué cette pratique et en ont conclu que votre référencement naturel ne sera pas boosté.

 

7. Ajouter un logo et des images


Google My Business va vous demander de mettre un logo ainsi qu’une photo de couverture. Là encore, c’est tout simple, mais faites-le. Plus vous donnez d'éléments à Google pour prouver votre légitimité et votre authenticité, plus il vous fera confiance.

Vous pourrez mettre en ligne vos images en vous rendant sur l’onglet “photos” sur la droite de votre écran. Vous pourrez aussi ajouter d’autres photos pour aider les internautes à se projeter. Des photos de l’équipe, de l’intérieur et/ou de l’extérieur de votre établissement, des photos de vos produits et/ou services, etc. Toutes les images qui aideront les internautes à vous connaître et à humaniser votre entreprise sont les bienvenues.

? Utilisez des photos récentes et de bonnes qualités. Évitez les photos retouchées. Il est même possible d’ajouter des vidéos !

Formats :

- logo : 250×250 pixels,
- photo de couverture : 1080×608 pixels.

 

8. Mentionner votre site internet


Renseigner votre site web est une étape clé. Vous indiquez clairement à Google quel est votre site officiel. En fait, vous précisez à Google "ce site me représente, tu peux t'y fier". C'est intéressant pour Google qui va pouvoir l'analyser et lire vos contenus. Au-delà de plaire à notre ami Google, vous permettez aux internautes de se renseigner davantage sur vous et vos prestations. En plus d'être pratique, ça vous donne de la crédibilité, c'est un gage de confiance et de sérieux. Sans oublier que votre site web profitera du trafic généré par votre fiche Google My Business, un cercle vertueux pour améliorer votre référencement (SEO).

 

? Utiliser un site “officiel”sera mieux perçu. N’ajoutez pas vos liens vers une page Facebook ou Instagram pour combler, ce ne sera pas à votre avantage. En renseignant un site “officiel” qui sera référencé sur Google vous restez dans le cercle vertueux de Google. Rappelez-vous qu’il est le roi, et que plus vous utilisez ce qui lui appartient et ce qui lui plaît, plus vous augmentez vos chances de gagner en visibilité.

 

9. Obtenir des avis


L'importance d'avoir des avis n'est plus à prouver. Mais ce n'est pas toujours évident d'en recevoir. Généralement, on pense plus à laisser un avis lorsque l’on n’est pas satisfait plutôt que l’inverse ! C’est un fait. C’est pourquoi il est important de travailler sur le sujet et d’encourager vos clients à participer à votre bonne réputation s’ils sont contents de vos produits ou services.
Une fiche avec des avis positifs et négatifs fera plus vraie et authentique, qu’une fiche où l’on ne trouve que des commentaires positifs. Dites-vous bien que si votre entreprise est composée d’humains, alors c’est normal d’avoir quelques ratés et de devoir gérer des insatisfactions. D'ailleurs, qu'ils soient positifs ou négatifs, répondez aux commentaires, ça montrera à Google que vous êtes réactif et que vous vous intéressez à votre e-reputation.

 

? Vous avez la possibilité de partager un lien direct. Il s’agit d’un petit lien, que vous pourrez transmettre très facilement, via mails, sms ou via une app de messagerie. Ce lien conduit la personne qui clique dessus directement dans la fenêtre qui permet de rédiger son avis. Concrètement, on clique, on donne le nombre d’étoiles, on écrit son commentaire, et il ne reste plus qu’à valider. Un bon moyen de simplifier la possibilité de laisser un avis. Pour pouvoir partager ce lien, il vous faudra créer au préalable un "nom court". Pour ça, il vous suffit de vous rendre dans l'onglet « Infos » puis de cliquer sur «Ajouter un nom court».


10. Publier des Google posts

Pourquoi utiliser les Google Posts ? 

Tout d'abord, un Google Post qu'est-ce que c'est ? C'est un article composé d’un petit texte, d’une image et d’un appel à l’action (qui est optionnel). Il apparaît en bas de votre fiche Google My Business.
Les Google Posts sont encore très peu exploités par les entreprises, alors que c'est un réel avantage ! En publiant des actualités vous montrez à Google que vous êtes actifs, et vous permettez à vos clients et prospects de consulter des actualités de votre part en direct du knowledge panel. Un excellent moyen d'attirer des clients en magasin, de créer du trafic vers votre site web et de booster votre référencement.

 

 

Quoi publier sur Google My Business ? 

Voici les différentes options que vous propose Google My Business :

✔️ Infos COVID-19
✔️ Ajouter une offre
✔️ Ajouter une nouveauté
✔️ Ajouter un événement
✔️ Ajouter un produit


Par exemple, vous pouvez communiquer sur :

⚪ Une nouveauté comme un nouveau produit/service
⚪ Une offre promotionnelle ou saisonnière
⚪ Un événement que vous organisez : un lancement de produit, une soirée à thème, des portes ouvertes, une vente privée...
⚪ Un article de blog

 

Prenons l'exemple concret d’un restaurant :

Vous pourrez partager votre menu du jour, la nouvelle carte de saison, un nouveau plat sur la carte, mettre en avant l’équipe/un instant de travail/les “backstages" de votre restaurant, un événement que vous organisez, un article de blog avec une recette...

Les possibilités sont vraiment multiples !

 

 

 

 

 

Source : Aleksei - stock.adobe.com

Lire la suite

Comment répondre aux commentaires négatifs sur les réseaux sociaux ?

Que l’on soit une entreprise, une marque, une association ou tout autre type de structure, on est susceptible de se retrouver en face à face avec un commentaire négatif. À partir du moment où l'on s'inscrit sur les réseaux sociaux, cela fait partie du jeu. Il y a d’ailleurs de fortes probabilités pour que personne ne puisse y échapper. Un jour ou l’autre, on y est tous confrontés. 

Et ce n’est pas forcément une mauvaise chose, cela vous permet par exemple de dissiper les doutes sur votre authenticité. Personne n’est parfait, et on dit bien qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Peu importe l’activité exercée, que l’on soit restaurateur, avocat, coiffeur, artisan, médecin, prestataire de services, e-commerçant, les avis négatifs n’épargnent personnes.

Alors, badbuzz, commentaire assassin, retour négatif sur un produit ou un service, délai de livraison trop long, insatisfactions diverses, ou encore, simple faute d’orthographe dans votre publication (oui oui ça arrive aussi), comment réagir face à des commentaires négatifs ? 
Réponse juste ici  ?

 

via GIPHY

 

Aujourd’hui, les internautes profitent de multiples de canaux de communication. Ils sont nombreux à se rendre sur les réseaux sociaux pour s’exprimer et souvent, c'est sans filtre, au plus grand désespoir de certains. Depuis quelque temps, c'est presque devenu une mode, alors certains community manager ont fait de la réponse aux commentaires négatifs/provocateurs leur spécialité.
Toutes les publications sont sujettes à réflexion, certaines plus que d’autres et les internautes ne se privent pas pour donner leur avis à tort ou à raison.
Tout d’abord, rappelons qu’il existe deux camps : ceux qui ne répondent pas aux avis négatifs et ceux qui y répondent. Répondre à des commentaires sympathiques, ça, ça va, on y prend goût et ça fait plaisir. Par contre, quand c’est l’inverse, on a tout de suite un petit peu moins l’envie de sourire. 
Certains diront “le silence est le meilleur des mépris”. 
Que vous fassiez une réponse ou non, il y aura toujours du monde pour vous dire “moi je n’aurais pas fait ça comme ça”. 

Mais alors, comment gérer les commentaires négatifs et quelles sont les bonnes pratiques ?

 

Répondre rapidement, mais pas à chaud !

 

Pas de précipitation ! Vous devez être réactif, mais ne vous précipitez pas dans votre réponse. Répondre avec impulsivité ne fait que très rarement bon effet. Vous risquez d’avoir une réponse disproportionnée et de ne rien arranger du tout.

 

“52 % des consommateurs s’attendent à recevoir une réponse à leur commentaire dans les 7 jours.”

 

Évidemment, les internautes attendent tout de même de vous de la réactivité et surtout sur les réseaux sociaux, où le délai de réponse ne se compte pas en jours, mais plutôt en heures.
Faites votre enquête, parcourez l’historique du client, demandez-vous ce qui l’a poussé à passer à l’action. Si en effet, il a eu erreur de votre part, sachez le reconnaître. Si le commentaire est abusif ou qu’il n’est pas justifié, prenez une bonne inspiration, montrez-vous compatissant, soyez désolé et apportez une solution. En règle générale, c'est une formule qui fonctionne bien.
Parfois, répondre avec humour ou autodérision peut être une bonne solution si c’est bien réalisé !

 

 

Ne pas prendre les commentaires PERSONNELLEMENT 

 

Ce n’est pas facile et pourtant c’est ce qui vous permettra de rester OBJECTIF. 
Ne prenez pas trop à cœur les commentaires négatifs. Répondez avec le plus de recul possible tout en restant empathique. Mettez-vous à la place de l’internaute, et tentez de voir les choses de son point de vue. Cela vous aidera à répondre de façon plus détachée.

 

Rester soi-même 

 

Gardez votre personnalité dans votre manière de répondre. Encore une fois, il est possible de répondre avec humour, avec franchise et avec spontanéité, mais il vaut mieux éviter tout type de réponse laissant transparaître de la colère ou de la rancœur. N’oubliez pas la politesse qui reste indispensable même s’il serait parfois tentant de l'oublier le temps d'un instant.

Guider les clients vers un autre lieu d’échange 

 

Le côté public des réseaux sociaux peut vite tourner au règlement de comptes. Ne créez pas une discussion dans vos commentaires, proposez à l’internaute de poursuivre la discussion par téléphone, mail ou en message privé. Ce sera mieux pour tout le monde.

 

Répondre de manière personnalisée

 

Évitez le copier-coller. Rien de pire qu’une réponse robotique, toute faite, qui ne donne pas du tout l’impression à l’internaute d’être pris en compte. Personnalisez votre réponse en mentionnant au minimum le nom ou le prénom de la personne. Rédigez votre message pour que l'internaute se sente pris en considération et écouté. 

Proposer une solution  

 

Ne laissez pas l’internaute dans l’impasse. S’il vous laisse un commentaire, c’est qu’il attend une réaction de votre part. Parfois, certains consommateurs multiplient les actions pour prendre contact avec une entreprise : mails, lettre papier, formulaire de contact, avis Google et réseaux sociaux. S’il a perdu patiente parce que vous ne répondez pas assez rapidement à son goût, il ne va pas attendre et va passer à l’offensive en passant par un canal public. Les réseaux sociaux sont un endroit privilégié pour ceci, car c'est visible par tous ! Les internautes savent que plus c'est public, plus c'est visible, plus ça vous dérange et plus vous allez réagir rapidement.
Trouvez une solution au problème ou au mécontentement, cela vous permettra de repartir sur de bonnes bases avec votre client ou potentiel client.

 

Penser à demander un update du commentaire


Vous avez résolu le souci de l’internaute, apaisé les tentions, vous pouvez lui demander de modifier ou supprimer son commentaire. N'oubliez pas ceci :

"Il faut 20 ans pour construire une réputation et cinq minutes pour la détruire. Si vous gardez ça à l’esprit, vous vous comportez différemment". 

Warren Buffett

Source image : deagreez © Adobe Stock

Lire la suite