Pourquoi se mettre à l’Inbound Marketing en 2020 ?

Pourquoi se mettre à l’Inbound Marketing en 2020 ?

Publiée le 14 fév. 2020 à 15h13 par Youlead

L’inbound marketing, on en entend parler depuis un moment, mais plus le temps passe et plus on le considère comme le modèle à suivre pour mettre en place sa stratégie marketing. Présenté comme un incontournable de l’année 2020, l’inbound marketing est une stratégie qui se base sur la création de contenu qui permet d’attirer des visiteurs sur votre site web puis de les convertir en leads afin qu’ils deviennent des clients. Pour arriver à ce résultat on utilise des techniques comme le marketing automation, le lead nurturing, le blogging ou encore la diffusion de contenus sur les réseaux sociaux


Pas de panique ! Cela n'a rien de sorcier on vous le promet. Après cet article, vous aurez les cartes en main pour vous lancer !

 

Outbound marketing VS Inbound marketing 


L’inbound marketing est à l’opposé de l’outbound marketing. On parle en réalité, du marketing de l’interruption (outbound) face au marketing de la permission (inbound). 
L’inbound marketing a été créé pour répondre à la baisse de l’efficacité du marketing traditionnel. 

 

Outbound marketing 

Quand on parle de marketing traditionnel, on veut parler de tout ce qui est spot TV, radio, presse… Ce sont des outils de communication dont la capacité de ciblage est moindre et par lesquels on touche une audience de masse. Aujourd’hui, on ne se laisse plus convaincre aussi facilement, car nous avons de multiples moyens de nous informer sur la qualité et la pertinence d’un produit ou d’un service. On appelle cela du marketing de masse puisqu’on ne cible pas un profil en particulier. On communique sans tenir compte des besoins ou de l’intérêt d’une personne. Communiquer sans faire de distinction n’est plus aussi efficace qu’avant et a perdu de sa substance. En effet, les messages ne sont pas adaptés et sont diffusés vers des personnes qui ne deviendront jamais clientes. Ce qui induit généralement des coûts plus élevés et une faible rentabilité des investissements.

Inbound marketing 

L'inbound marketing consiste à attirer les internautes grâce à des contenus internet attrayants et de qualité. Dans cette stratégie, on prend en compte la position de la cible dans son processus d’achat. Est-elle en phase de recherche ? Est t’elle en phase de comparaison ? On ne communique pas de la même manière selon les situations. 
Dans l’inbound, le client est placé au centre de la stratégie marketing. On propose une expérience à chaque étape du parcours d’achat du consommateur pour lui délivrer des messages personnalisés et pertinents. On oublie le marketing intrusif et envahissant diffusé via des publicités et des techniques promotionnelles. Publier du contenu au bon moment, au bon endroit et à la bonne personne sera davantage apprécié. 

 

La méthodologie de l'inbound marketing

Voici ce que l’on appelle un entonnoir de conversion. Comme vous le voyez, on distingue 4 grandes phases dans la stratégie Inbound. 

/

ATTIRER

Il faut apprendre à devenir un aimant ! Cette première phase consiste à pétre visible pour que des prospects viennent consulter votre site internet. Pour cela, vous n’avez pas d’autre choix que de passer par la case du “buyer persona”. Il s’agit d’établir des profils types de vos clients potentiels avec des caractéristiques comme l’âge, le sexe, ses centres d’intérêt, ses besoins, ce qu’il ne veut pas, etc. Une fois ce travail fait, il vous sera plus facile de communiquer et de créer du contenu de qualité qui plaira à vos cibles. Vous avez plusieurs techniques et outils à votre disposition :

Site web optimisé 
Il se doit d’être responsive et de permettre à l’utilisateur une navigation fluide et agréable. Votre site web doit donner envie de vous contacter. Proposez du contenu qui vous correspond et qui vous ressemble. Soyez authentique. Laissez transparaître votre ADN et n’oubliez pas de délivrer des messages adaptés à vos personas. Rien ne sert de faire venir Pierre, Paul ou Jacques sur votre site s’il ne trouve pas ce qu’il recherche. Pensez qualité et non quantité.

Référencement naturel
Votre SEO vous aidera à vous faire connaître. Pensez à ceux qui vont chercher à résoudre leur problème en recherchant une solution sur Google. Ils ne vous connaissent pas encore, alors il faut que soyez vissibles ! Les mots clés sont vos coéquipiers. Choisissez les bons mots clés pour les intégrer au contenu de votre site. Ainsi, vous remonterez dans les résultats de recherche.

Blogging 
Le contenu en roi ! En plus de travailler sur vos mots clés, n’oubliez pas de proposer du contenu qualitatif à vos visiteurs. Un blog est un super outil pour montrer votre expertise tout en proposant du contenu à forte valeur ajoutée. Pensez encore une fois à vos mots clés. Vos articles seront beaucoup plus puissants et vous apporteront visibilité et notoriété.

Réseaux sociaux 
Les réseaux sociaux sont des outils formidables pour diffuser du contenu. Vous pouvez créer des passerelles via votre site en y partageant vos nouveaux articles de blog par exemple. Positionnez-vous sur des réseaux sociaux où se trouvent vos cibles, choisissez ceux qui correspondent au mieux à votre audience. Ces plateformes sociales sont idéales pour humaniser votre entreprise et partager du contenu authentique, alors ne vous en privez pas !

Publicité sur le web
Faire de la publicité en ligne est un complément à toutes les autres actions que vous pourrez mettre en place. Pas indispensable, mais accessible même pour les petits budgets. Que ce soit sur Google Ads ou Facebook Ads, l’avantage c’est que vous pouvez faire des campagnes ultras ciblées ! Et ça, c’est vraiment le top.

 

CONVERTIR

Ça y est vous avez attiré des personnes sur votre site, il est temps de passer à la prochaine étape ! Maintenant, on doit convertir les visiteurs en leads. Une étape capitale où il faut pouvoir récupérer des données sur vos leads afin de garder le contact. Concrètement, ça passe par :

Un Call To Action (CTA) et une landing page associée

Le Call To Action est un bouton ou un endroit cliquable (comme une image) qui va vous permettre de créer une redirection vers une page, que l’on nomme une landing page. Sur celle-ci, vous allez proposer du contenu en échange de quelques informations. Par exemple, vous lisez un article de blog et à la fin on vous propose de télécharger une checklist qui résume les points clés ; super pratique ! Donc vous cliquez sur le bouton indiqué et vous atterrissez sur une page avec un petit formulaire où l’on vous demande votre prénom et votre email. Hop, en quelques secondes, vous recevez le document et vous avez donné un point de contact.
PS : Mettez en valeur vos CTA et choisissez des mots convaincants ou sinon personne ne cliquera.

Le formulaire
Petit focus sur le formulaire de contact. En fonction de votre CTA et du sujet abordé, vous pouvez très bien interroger votre audience afin de mieux la connaitre. Après tout, cela va vous permettre de mieux communiquer en proposant du contenu encore plus personnalisé. Vous gagnerez des points à coup sûr.

 

TRANSFORMER / ENGAGER

L’étape de transformation du lead en client ne doit pas vous effrayer. C’est le moment de chouchouter vos leads. Gardez le contact et montrez-leur que vous êtes présent pour répondre à leurs questionnements et problématiques. Là, on va avoir besoin du marketing automation.

Lead nurturing 
Le lead nurturing est une technique qui permet de fluidifier le tunnel de conversion. Il s’agit de proposer du contenu sur-mesure à votre base de données de prospects pour maintenir ou renforcer une relation privilégiée avec eux. On utilise l’emailing, qui est l’outil le plus adapté pour engager des leads existants. C’est une phase de chouchoutage où ils sont dans une sorte de “couveuse”, on les dorlote pour mieux les convertir en clients. 

Lead scoring
C’est un moyen qui permet d’identifier à quel stade sont vos prospects dans votre relation. Sont-ils prêts à acheter ? Est-ce le moment pour les commerciaux d’intervenir ? Pour le savoir, on met en place un système de notation où l’on calcule un score en fonction des caractéristiques des leads. Cela peut être basé sur des critères démographiques, mais aussi comportementaux. On identifie où se situe le prospect dans son cycle d’achat et l’on ajuste sa communication en fonction du score obtenu.

Workflows
On parle ici d’automatisation de tâches qu’on appelle aussi du marketing automation. Prenons un exemple simple : sur votre site web, vous avez peut-être un endroit où vous proposez aux visiteurs de s’inscrire à votre newsletter. Si je m’inscris que se passe t’il ? Eh bien, à chaque fois qu’une nouvelle personne s’abonne à votre newsletter, vous pourriez lui envoyer un mail de bienvenue. Cette action peut-être automatiser, c'est à dire que le mail sera envoyé automatiquement. Il existe des plateformes qui vous permetteront d'automatiser certains emails. En fait, les worflows simplifient la gestion du parcours de l’internaute. En fonction de ses actions on déclenchera des process prédéfinis. Un vrai gain de temps et d’efficacité ! 

 

FIDELISER

On s’attaque à la dernière phase de l'entonnoir : fidéliser ses clients. Beaucoup d’entreprises négligent cette étape et ne prennent pas le temps de prendre soin de leurs clients. Pourtant il a été prouvé qu’acquérir de nouveaux clients coûte bien plus cher. Alors quels sont les outils de fidélisation ? 

Contenu qualitatif
Que ce soit un emailing, une newsletter, un article de blog ou tout autre contenu, vous devez veiller à ce qu’il soit cohérent par rapport à votre persona. Réfléchissez toujours à envoyer du contenu au bon moment, au bon endroit et à la bonne personne. Plus vous personnaliserez et plus vous renverrez une image positive. Des clients ou prospects qui vous apprécient n’auront aucun mal à parler de vous et à faire votre promotion. L’idéal c’est lorsqu’ils deviennent vos ambassadeurs ! 

Réseaux sociaux 
Vous n’y avez peut-être pas pensé, mais vos réseaux sociaux sont de véritables couteaux suisses. En plus d’attirer des visiteurs, ils occupent une fonction dans votre relation client notamment en ce qui concerne la fidélisation et le service client. Comment ? La base d’un réseau social, c’est l’échange, le partage, bref la communauté. Quand on créé une communauté, c’est comme si on créait une tribu où l’on partage des valeurs, des idées… Partager du contenu sur les réseaux, c’est animer sa communauté,
la faire participer, et lui permettre d'interagir. Autre chose, via la messagerie et les commentaires, vous permettez à votre communauté d’entrer en contact avec vous. Cela peut être utile dans le cadre de votre service client. 

Evénements
Les événements, c’est sympa, c’est convivial, c’est fédérateur. Tout comme les réseaux sociaux, les événements sont des lieux de rencontre et de partage. Organiser des événements privés par exemple est une super opportunité pour que vos clients se sentent privilégiés et leur satisfaction n’en sera que grandissante !

 

On espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair et que l'inbound marketing va entrer dans votre stratégie !

 

Crédit images :
Tartila © Adobe Stock
Ирина Шатилова © Adobe Stock

Articles connexes

10 astuces pour optimiser sa fiche Google My Business

 

Google My Business est l'outil indétrônable du référencement local. Une solution très performante aux multiples avantages qui permet d'améliorer votre visibilité sur Google.

Pour optimiser votre fiche Google My Business et profiter de tous ses avantages, tout se passe du côté de l'administration. Si vous n'avez pas encore créé votre fiche, c'est le moment de vous lancer ! Vous pourrez ensuite suivre ces astuces.
Voici ci-dessous à quoi ressemble l'outil de gestion (administration) de Google My Business. Sur la gauche, vous retrouvez les onglets pour compléter et optimiser votre fiche. Sur la droite, vous voyez l'aperçu de l'onglet "infos".

 

Savez-vous où apparaît votre fiche Google My Business ?

Elle va apparaître à différents endroits stratégiques pour Google. Prenons l'exemple d'un restaurant à Orléans : Notre cher et tendre...le bœuf.

Le Knowledge Panel : C'est ce qui apparaît en haut à droite d'un écran d'ordinateur lorsque l'on recherche quelqu'un ou quelque chose de précis. Ici par exemple, on tape dans la barre de recherche "Notre Cher & Tendre… Le Bœuf " et on aperçoit la fiche Google My Business avec toutes les informations qui ont été renseignées.

Google Maps : une fiche Google My Business apparaît aussi dans Google Maps. Vous voyez votre établissement apparaître sur la carte avec un petit picto. Ce pictogramme est choisi en fonction de la catégorie que vous renseignez. Pour un restaurant, on retrouve le pictogramme avec les couverts.

Le pack local : Il s’agit des 3 premiers résultats "locaux" affichés par Google sur la page des résultats.

 

Ceci étant dit, voyons ensemble 10 astuces pour optimiser votre fiche Google My Business.

 

1. Mettre le nom de son entreprise et rien d'autre

Ça paraît évident, et pourtant… Bien renseigner le nom de son entreprise est primordial.

❌ Ne cherchez pas à ajouter des mots-clés ou une localisation à côté de votre nom d’entreprise, ça pourrait être contre-productif. Google n’est pas très fan de cette technique et pourrait vous sanctionner. La transparence et l’authenticité tiennent une place importante sur Google My Business.

 

2. Choisir les bonnes catégories

 

Catégorie principale


Vous renseignez votre catégorie dès la création de votre fiche, vous pouvez aussi la modifier dans l’onglet “infos” juste en dessous du nom de votre entreprise.

La catégorie principale est très importante, elle a un impact sur votre référencement local. C’est grâce à cette catégorie que Google sait ce que vous faites et décidera de vous afficher sur les critères de recherche d’un internaute. La catégorie principale est à sélectionner avec soin ! Elle permet à vos clients et prospects de mieux comprendre ce que vous faites, mais également de vous trouver en fonction d’un secteur d’activité recherché. Prenez un instant pour noter les mots-clés qui selon vous décrivent votre entreprise. Vous devrez sélectionner une catégorie parmi les propositions de Google. Vous ne pourrez pas enregistrer votre propre catégorie. C'est pourquoi il est important de tester différents mots-clés et de sélectionner la catégorie qui vous semble la plus pertinente, celle qui correspond le mieux à votre activité.

 

? Si vous ne savez pas quoi choisir, n'hésitez pas à jeter un œil sur ce que font vos concurrents. Cela devrait pouvoir vous aider à faire votre choix. Si aucune catégorie ne correspond parfaitement à votre activité, vous allez devoir prendre votre mal en patiente et sélectionner celle qui s'en rapproche le plus. Google fait régulièrement des ajouts de catégorie, vous trouverez peut-être votre bonheur plus tard.

 

Catégories supplémentaires

Vous pouvez également renseigner des "catégories supplémentaires". Cela peut être utile si vous considérez que la catégorie principale n’est pas assez pertinente ou que vous avez plusieurs activités.
C'est utile, mais pas indispensable, il faut qu'elles restent pertinentes. L’important, c’est d’être cohérent.

Par exemple, si vous avez un salon de coiffure et que vous proposez des prestations de coiffure à domicile et que vous avez réservé une partie de votre salon pour réaliser des manucures :
Salon de coiffure sera votre catégorie principale, coiffeur à domicile et salon de manucure seront des catégories supplémentaires.

? Testez et ajustez. Suivez les performances de votre fiche Google My Business en vous rendant dans l'onglet "statistiques". Si vous décidez d'ajouter une ou des catégories supplémentaires, surveillez votre position dans les résultats. N'abusez pas des catégories secondaires, la cohérence reste la priorité. Votre choix pourrait avoir un impact négatif sur votre visibilité.

 

3. Renseigner les informations de base


✔️ adresse
✔️ zones desservies
✔️ jours et horaires d’ouverture. (Vous pouvez même préciser les jours de fermeture exceptionnels comme les jours fériés et autres événements).
✔️ numéro de téléphone

C'est encore une fois tout simple, mais mal remplir ou oublier de mettre à jour ces éléments pourrait vous desservir. Google aime que tout soit cohérent et que l’on fournisse un maximum d’informations aux internautes. Ne loupez pas cette étape très simple, mais primordiale aux yeux de Google !

? Veillez à ce que toutes les informations que l’on trouve sur le web soient cohérentes. Par exemple, votre adresse doit être la même sur votre fiche comme sur votre site internet. Il en va de même pour votre numéro de téléphone ou vos horaires d’ouverture. Pour modifier ces informations, rendez-vous dans la section “infos”.

 

4. Ajouter vos services


Vous avez la possibilité d'ajouter vos services sur votre fiche Google My Business. Comme pour choisir votre catégorie, vous allez devoir rentrer des mots-clés et sélectionner les services qui vous correspondent. Mais cette fois-ci, en plus, vous allez pouvoir ajouter vos “Services personnalisés”. Si un de vos services ne figure pas dans la liste, vous allez pouvoir l’ajouter manuellement. De cette manière, vous renseignez des informations supplémentaires à Google pour qu’il puisse mieux comprendre votre activité. Et ça, Google adore !

Vous avez la possibilité d’ajouter vos services en vous rendant dans l’onglet “services”.


5. Renseigner vos produits


Tout comme pour les services, vous disposez d’un onglet dédié pour vos produits. Vous pourrez donc choisir des produits à mettre en avant sur votre fiche. Vous avez la possibilité d’ajouter un bouton d’appel à l’action : 

 ✔️commander en ligne
✔️ acheter
✔️ en savoir plus
✔️ profiter de l’offre
✔️ trouver une image 


? Pour les restaurants, on ne retrouve pas “produits” ou “services” mais un onglet “menu” afin de donner plus d'informations sur la carte proposée.

 

6. Rédiger une description


Votre description est un élément important de votre fiche Google My Business. L’idée est de faire une description complète, mais qui donne envie d’en savoir plus. Cette description doit permettre aux internautes de comprendre qui vous êtes et ce que vous proposez. C'est un élément à travailler avec attention. Google vous impose un nombre de 750 caractères maximum. Il n’y a donc pas la place pour écrire un roman.

? Ne cherchez pas à blinder de mots-clés votre description, ça n’a aucun intérêt. Des experts ont évalué cette pratique et en ont conclu que votre référencement naturel ne sera pas boosté.

 

7. Ajouter un logo et des images


Google My Business va vous demander de mettre un logo ainsi qu’une photo de couverture. Là encore, c’est tout simple, mais faites-le. Plus vous donnez d'éléments à Google pour prouver votre légitimité et votre authenticité, plus il vous fera confiance.

Vous pourrez mettre en ligne vos images en vous rendant sur l’onglet “photos” sur la droite de votre écran. Vous pourrez aussi ajouter d’autres photos pour aider les internautes à se projeter. Des photos de l’équipe, de l’intérieur et/ou de l’extérieur de votre établissement, des photos de vos produits et/ou services, etc. Toutes les images qui aideront les internautes à vous connaître et à humaniser votre entreprise sont les bienvenues.

? Utilisez des photos récentes et de bonnes qualités. Évitez les photos retouchées. Il est même possible d’ajouter des vidéos !

Formats :

- logo : 250×250 pixels,
- photo de couverture : 1080×608 pixels.

 

8. Mentionner votre site internet


Renseigner votre site web est une étape clé. Vous indiquez clairement à Google quel est votre site officiel. En fait, vous précisez à Google "ce site me représente, tu peux t'y fier". C'est intéressant pour Google qui va pouvoir l'analyser et lire vos contenus. Au-delà de plaire à notre ami Google, vous permettez aux internautes de se renseigner davantage sur vous et vos prestations. En plus d'être pratique, ça vous donne de la crédibilité, c'est un gage de confiance et de sérieux. Sans oublier que votre site web profitera du trafic généré par votre fiche Google My Business, un cercle vertueux pour améliorer votre référencement (SEO).

 

? Utiliser un site “officiel”sera mieux perçu. N’ajoutez pas vos liens vers une page Facebook ou Instagram pour combler, ce ne sera pas à votre avantage. En renseignant un site “officiel” qui sera référencé sur Google vous restez dans le cercle vertueux de Google. Rappelez-vous qu’il est le roi, et que plus vous utilisez ce qui lui appartient et ce qui lui plaît, plus vous augmentez vos chances de gagner en visibilité.

 

9. Obtenir des avis


L'importance d'avoir des avis n'est plus à prouver. Mais ce n'est pas toujours évident d'en recevoir. Généralement, on pense plus à laisser un avis lorsque l’on n’est pas satisfait plutôt que l’inverse ! C’est un fait. C’est pourquoi il est important de travailler sur le sujet et d’encourager vos clients à participer à votre bonne réputation s’ils sont contents de vos produits ou services.
Une fiche avec des avis positifs et négatifs fera plus vraie et authentique, qu’une fiche où l’on ne trouve que des commentaires positifs. Dites-vous bien que si votre entreprise est composée d’humains, alors c’est normal d’avoir quelques ratés et de devoir gérer des insatisfactions. D'ailleurs, qu'ils soient positifs ou négatifs, répondez aux commentaires, ça montrera à Google que vous êtes réactif et que vous vous intéressez à votre e-reputation.

 

? Vous avez la possibilité de partager un lien direct. Il s’agit d’un petit lien, que vous pourrez transmettre très facilement, via mails, sms ou via une app de messagerie. Ce lien conduit la personne qui clique dessus directement dans la fenêtre qui permet de rédiger son avis. Concrètement, on clique, on donne le nombre d’étoiles, on écrit son commentaire, et il ne reste plus qu’à valider. Un bon moyen de simplifier la possibilité de laisser un avis. Pour pouvoir partager ce lien, il vous faudra créer au préalable un "nom court". Pour ça, il vous suffit de vous rendre dans l'onglet « Infos » puis de cliquer sur «Ajouter un nom court».


10. Publier des Google posts

Pourquoi utiliser les Google Posts ? 

Tout d'abord, un Google Post qu'est-ce que c'est ? C'est un article composé d’un petit texte, d’une image et d’un appel à l’action (qui est optionnel). Il apparaît en bas de votre fiche Google My Business.
Les Google Posts sont encore très peu exploités par les entreprises, alors que c'est un réel avantage ! En publiant des actualités vous montrez à Google que vous êtes actifs, et vous permettez à vos clients et prospects de consulter des actualités de votre part en direct du knowledge panel. Un excellent moyen d'attirer des clients en magasin, de créer du trafic vers votre site web et de booster votre référencement.

 

 

Quoi publier sur Google My Business ? 

Voici les différentes options que vous propose Google My Business :

✔️ Infos COVID-19
✔️ Ajouter une offre
✔️ Ajouter une nouveauté
✔️ Ajouter un événement
✔️ Ajouter un produit


Par exemple, vous pouvez communiquer sur :

⚪ Une nouveauté comme un nouveau produit/service
⚪ Une offre promotionnelle ou saisonnière
⚪ Un événement que vous organisez : un lancement de produit, une soirée à thème, des portes ouvertes, une vente privée...
⚪ Un article de blog

 

Prenons l'exemple concret d’un restaurant :

Vous pourrez partager votre menu du jour, la nouvelle carte de saison, un nouveau plat sur la carte, mettre en avant l’équipe/un instant de travail/les “backstages" de votre restaurant, un événement que vous organisez, un article de blog avec une recette...

Les possibilités sont vraiment multiples !

 

 

 

 

 

Source : Aleksei - stock.adobe.com

Lire la suite

Le calendrier marketing 2020 est sorti !

Ce petit bijou très pratique récapitule tous les événements de l’année 2020. Il va vous permettre de travailler votre communication et votre marketing. C’est un outil indispensable notamment pour les social media manager qui utilisent ce calendrier pour programmer leurs campagnes marketing à l’avance. Il pourra vous donner des idées, vous inspirer, vous donner les dates clés en fonction de votre activité, mais aussi de ce qui vous tient à cœur…

Allez hop, on met à jour son rétroplanning !

Retrouvez le calendrier visuel juste ici
En fonction de votre activité, vous pourrez y trouver de quoi alimenter et enrichir votre communication !


On vous a fait un petit récapitulatif

 

Les classiques 

  • 1er janvier : l’incontournable jour de l’an, c’est le moment de souhaiter vos vœux !
  • 6 janvier : Épiphanie
  • 8 janvier : Début des soldes d’hiver (jusqu’au 4 février)
  • 2 février : Chandeleur
  • 14 février : Saint Valentin
  • 25 février : Mardi Gras
  • 1er mars : Fête des grands-mères
  • 17 mars : Saint Patrick
  • 1er avril : Poisson d’Avril
  • 12 avril : Pâques
  • 13 avril : Lundi de Pâques
  • 1er mai : Fête du Travail
  • 29 mai : Fête des voisins
  • 7 juin : Fête des Mères
  • 17 juin : Baccalauréat 2020
  • 21 juin : Fête des Pères / fête de la musique
  • 24 juin : Soldes d’été (jusqu’au 4 août)
  • 14 juillet : Fête Nationale
  • 1er septembre : Rentrée des classes
  • 22 septembre : Automne
  • 4 octobre : Fête des grands-pères
  • 31 octobre : Halloween
  • 1er novembre : Toussaint / Movember
  • 27 novembre : Black Friday
  • 25 décembre : Noël
  • 31 décembre : Saint-Sylvestre / Réveillon du Nouvel An

 

Les vacances 

  • 8 février : Vacances Zone C (jusqu’au 24 février)
  • 15 février : Vacances Zone B (jusqu’au 02 mars)
  • 22 février : Vacances Zone A (jusqu’au 9 mars)
  • 4 avril : Vacances Zone C (jusqu’au 20 avril)
  • 11 avril : Vacances Zone B (jusqu’au 27/avril)
  • 18 avril : Vacances Zone A (jusqu’au 4 mai)
  • 4 juillet : Vacances d’été 
  • 17 octobre : Vacances de la Toussaint (jusqu’au 2 novembre)

 

Les dates événements

  • 20 janvier : Blue Monday (le jour le plus déprimant de l’année)
  • 28 janvier : Journée mondiale de la protection des données
  • 1er mars : Journée mondiale du compliment
  • 18 mars : Journée mondiale du recyclage
  • 3 mai : Journée mondiale du Soleil / Journée internationale du rire
  • 25 mai : Journée internationale des Geeks
  • 30 mai : Semaine du Développement Durable (jusqu’au 5 juin)
  • 31 mai : Journée mondiale sans Tabac
  • 5 juin : Journée mondiale de l’environnement
  • 30 juillet : Journée internationale de l’amitié
  • 13 août : Journée des gauchers
  • 21 septembre : Journée Mondiale de la Paix
  • 1er octobre : Octobre Rose
  • 4 octobre : Journée Mondiale des animaux / Journée Mondiale du sourire
  • 3 novembre : Journée Mondiale de la gentillesse
  • 19 novembre : Journée Internationale de l’homme / Beaujolais Nouveau
  • 26 novembre : Thanksgiving
  • 30 novembre : Cyber Monday
  • 8 décembre : Journée mondiale du Climat
  • 10 décembre : Journée mondiale des Droits de l’Homme
  • 14 décembre : Éclipse Totale du Soleil



Pour les fans de sport 

  • 5 janvier : Paris-Dakar (jusqu’au 17 janvier) / 77e Golden Globes
  • 20 janvier : Open d’Australie (jusqu’au 02 février)
  • 1er février : Tournoi des VI Nations (jusqu’au 14 mars)
  • 2 février : Finale SuperBowl
  • 5 avril : Marathon de Paris
  • 24 mai : Roland Garros (jusqu’au 7 juin)
  • 30 mai : Finale de la Ligue des Champions 2020
  • 12 juin : Championnat d’Europe de Football (jusqu’au 12 juillet)
  • 13 juin : 24h du Mans / Journée Mondiale du bien-être
  • 27 juin : Tour de France (jusqu’au 19 juillet)
  • 24 juillet : Jeux Olympiques de Tokyo (jusqu’au 9 août)
  • 26 août : Championnat d’Europe d’athlétisme à Paris (jusqu’au 30 août)
  • 31 août : US Open Tennis (jusqu’au 13 septembre



Les plus improbables 

  • 12 janvier : Journée Mondiale des Roux (Ginger Day)
  • 13 janvier : Journée mondiale sans pantalon
  • 2 février : Journée de la Marmotte
  • 13 mars : Journée nationale du sommeil
  • 21 mars : Journée internationale du rangement de bureau
  • 6 juin : Journée de la mini-jupe
  • 1er juillet : Journée mondiale du naturisme
  • 21 juillet : Journée mondiale de la malbouffe
  • 5 septembre : Journée mondiale de la barbe
  • 9 septembre : Teddy bear day / Journée internationale du Parler Pirate
  • 18 décembre : Journée internationale du pull de Noël
  • 13 décembre : Journée internationale de la raclette

Source : Le BDM 
Crédit photo : beeboys © Adobe Stock

Lire la suite

8 étapes avant de se lancer dans la création de votre site e-commerce

Vous voulez créer votre site e-commerce et ne savez pas par où commencer ? Pas de panique ! Dans cet article, c’est Chloé Fermond ?, Content Manager chez Camaloon qui nous partage les 8 étapes essentielles à déterminer avant de se lancer dans la création d'un site web e-commerce. Que vous vendiez des produits ou des services, ces étapes vous aideront dans la planification de votre projet. Voyons ensemble les grandes étapes à suivre pour bien vous préparer ?

 

1. Déterminer ce que vous souhaitez vendre

 

Que souhaitez-vous vendre ? ?
C’est la base de votre e-business et la première question à laquelle vous devez répondre.
Si vous êtes arrivé ici, vous avez probablement déjà une idée de ce que vous souhaitez vendre. Il s’agit peut-être d’un produit high-tech, de produits sur mesure comme des mugs personnalisés, ou vous souhaitez peut-être apporter votre expertise via des formations en ligne ou du coaching...

De quel type de projet s'agit-il ? ?
-> Toutes vos ventes seront effectuées via votre e-commerce (Pure player).
-> Vous avez déjà une boutique physique et souhaitez proposer un service de vente en ligne à vos clients.
-> Vous avez déjà un site vitrine ou catalogue et vous souhaitez le faire évoluer en un site de vente en ligne.
-> Est-ce votre activité principale ou secondaire ?

Ensuite, définissez les bases du mix marketing (Produit, Prix, Promotion, Distribution) de votre produit ou service.


Votre produit/service
?

Identifiez clairement ce que vous souhaitez vendre.
À quel besoin répondez-vous avec votre offre ? Quels sont les bénéfices pour votre client ?

Définissez votre e-business et informez-vous sur tout ce qui concerne le processus de fabrication de votre produit, et/ou la mise en œuvre de votre service. Combien de temps cela vous prendra pour préparer une offre attractive pour vos potentiels clients ? Vous pouvez vous inspirer des produits/services déjà existants sur le marché ou créer un produit/service totalement unique.


La politique de prix
?

Définir les prix de vos produits ou prestations et surtout trouver le bon prix de vente.
Choisir les moyens de paiement que vous mettrez à disposition de vos clients via votre site web : carte bancaire, Paypal, chèque-cadeau, virement bancaire… 
Allez-vous proposer un paiement en plusieurs fois (avec ou sans frais) ?

Bon à savoir : 3 modes de paiement différents satisfont 99% des internautes.
Toutes les questions autour du paiement sont très importantes, ce qui est mentionné ici n’est pas une liste exhaustive des éléments auxquels il faut réfléchir.


Les canaux de distribution
?

Comment vos prospects peuvent se procurer votre produit ou service ?

Il faudra répondre à 2 questions : Où ? Et comment ?
Tout dépendra de votre type de projet.
Allez-vous proposer un service de livraison via votre site web ? Livraison à domicile, livraison en point relais, Chronopost, Colissimo…
Quelle sera votre politique quant aux frais de port ? Les internautes sont très regardants sur les frais de port, c’est un point à ne pas négliger.


La promotion de votre offre
?

Comment faire vendre votre offre ? Où allez-vous communiquer et de quelle manière ?
Pensez d'ores et déjà à un plan de communication et aux actions marketing que vous pourrez mettre en place. Établissez votre budget pour les intégrer aux coûts de votre projet.

 

2. Définir votre cible


À qui s’adresse votre offre ? Qui est votre cible ? ?
C’est essentiel de garder à l’esprit que votre offre devra refléter des valeurs claires et reconnaissables par votre cible. Cette cible doit être étudiée en amont.
Vous devez répertorier et étudier ses caractéristiques démographiques, ses goûts, ses préférences, les médias sociaux qu’elle utilise en priorité, ses tendances de consommation… bref, tous les éléments qui constituent ses habitudes d’achat sur internet.
Pour définir au mieux votre cible, vous pouvez vous servir d’un outil marketing appelé “le buyer persona”. Plus il sera complet et clair, plus vous avez de chance d’apporter la bonne offre, au bon prix, à la bonne personne et au bon endroit.

 

3. Définir vos objectifs et votre valeur ajoutée


Les objectifs directs et indirects de votre business doivent également être listés ?.
Ne vous lancez pas dans un projet sans but et sans objectifs, vous risquez de naviguer à l’aveugle et de vous perdre en chemin. Structurez votre démarche dès le début pour cadrer au maximum votre projet et suivre votre évolution.
Définissez différents types d’objectifs : quantitatifs et qualitatifs.


4. Étudier votre concurrence


Étudiez votre concurrence et le marché dans lequel vous comptez évoluer?. Les sites e-commerce présentant une offre similaire à la vôtre sont une mine d’information à ne pas négliger. Cela vous permettra d’avoir une idée claire de ce que d’autres e-entrepreneurs ont mis en place, ce qui marche pour eux et ce qui semble moins efficace.
L’idée est bien sûr de vous inspirer des bonnes pratiques qui fonctionnent. Cependant, démarquez-vous ! S’inspirer ne veut pas dire copier, bien au contraire. Votre offre devra apporter de la valeur ajoutée aux clients.

Réalisez à votre échelle une étude de marché, cela vous permettra de déterminer qu’elles sont les avantages ➕ et limites ➖ du marché que vous ciblez. 
Pour vous aider à analyser votre marché, vous pouvez utiliser l’outil PESTEL (Politique – Économique – Sociologique – Technologique – Écologique – Légal) qui permet d’évaluer votre environnement.

 

5. Connaître le prix d’un site e-commerce


Le but est de prévoir vos dépenses et établir un budget prévisionnel ?.
Avoir une idée claire du prix global de votre projet de site e-commerce est une étape de planification essentielle. Prendre le temps de bien étudier ce point vous évitera de vous retrouver hors budget ou d’avoir de mauvaises surprises au milieu du processus de création de votre e-business.

Voici 3 éléments à étudier pour estimer le prix de votre projet :

  • Le type de solution choisie
  • La profondeur de la personnalisation et de l’optimisation
  • Les prestataires externes : graphistes, programmeurs, etc.

 

6. Votre site e-commerce : charte graphique, structure et contenu


Après avoir déterminé les bases de votre projet, vous pourrez penser à votre identité visuelle et votre charte graphique. Si vous n’avez pas de talents de graphiste, vous pouvez imaginer les grandes lignes de votre site web, les couleurs, le style, l’atmosphère, le ton et ensuite faire appel à un professionnel qui créera une identité reconnaissable et qui vous démarquera de votre concurrence ?.

Pensez également au contenu et la structure de votre site web marchand, en commençant par l’arborescence. Commencez par lister vos rubriques et sous-rubriques, puis vous pourrez rédiger des fiches produits/services, etc. 
Le contenu de base de votre site web devra être optimisé selon les règles du référencement naturel (SEO) ✍. Pour cela, soit vous possédez les compétences, soit il vous faudra déléguer cette partie à un professionnel.

Réfléchissez également à ce que vous souhaitez proposer à vos visiteurs. Souhaitez-vous proposer un système de chat en ligne pour répondre aux questions des visiteurs ? Une FAQ ? Un formulaire personnalisable ? Un module de newsletter

Ce qu’il faut retenir pour l’esthétique de votre site web de vente en ligne ?.
Il doit être intuitif et ergonomique. Plus l’expérience client est simplifiée, plus son parcours d’achat est clair, et plus il sera enclin à passer commande sur votre site. Optez plutôt pour la simplicité, ne surchargez pas vos pages et allez à l’essentiel tout en donnant toutes les informations nécessaires pour la prise de décision de l'internaute..

 

7. Quelle solution e-commerce choisir ?


Le choix de votre solution e-commerce est aussi essentiel que l’offre que vous proposez. Ce choix devra se faire sur 3 éléments de base :

  • vos compétences techniques
  • votre budget
  • le temps que vous comptez allouer à la maintenance de votre site web

Deux typologies de solutions e-commerce existent sur le marché ?


➡️ CMS open source :
Quand on décide de se lancer dans la création d'un site web, on choisit d’utiliser un CMS (Content Management System). Autrement dit, c’est un système de gestion de contenu.

Les CMS open source ont l’avantage d’être gratuits. Il faudra installer cette solution, la configurer puis la personnaliser. Vous avez le choix de votre hébergeur et du serveur. Les libertés de personnalisation et de développement ne sont pas limitées, vous pouvez donc créer un site web complètement adapté à vos besoins et votre image.
Avec ces solutions, vous avez souvent accès à une grande communauté d'utilisateurs et d’experts. Ce qui peut s’avérer être un très gros avantage.

Les CMS connus sur le marché : Prestashop, Magento, Woocommerce, Drupal et Joomla!

 

➡️ SaaS : L’acronyme veut dire « Software as a Service » c’est-à-dire « logiciel en tant que service ». 

En payant un abonnement (souvent mensuel) et parfois un pourcentage des ventes à un fournisseur tiers, vous pourrez ouvrir, créer, installer et héberger votre site e-commerce. Ce sont des solutions simples à prendre en main, rapides à mettre en place, mais où vous serez limité techniquement.
À noter ✍ : Vous serez dépendant de la solution. Aussi, les mises à jour et améliorations sont propres à la solution et sont payantes. 

Quelques exemples : Shopify, Wizishop et Oxatis.

 

8. Choisir votre nom de domaine : attractif et facilement mémorisable


Le nom de domaine de votre e-commerce est crucial. C’est ce qui permet à vos clients ou vos prospects de vous identifier sur internet ?️‍♀️.
Votre nom de domaine doit être cohérent avec votre activité, court et facilement mémorisable. Commencez par un brainstorming pour noter toutes les idées qui vous viennent en tête. Sachez que l’univers des noms de domaine est ultra-concurrentiel. Il est possible que le favori de votre liste soit déjà pris par quelqu’un d’autre. Si c’est le cas, ne vous découragez pas, il existe quelques astuces pour réussir à trouver le nom de domaine qui vous correspond.

? Retrouvez tous nos conseils pour savoir comment bien choisir son nom de domaine.


Conclusion :

C’est seulement après avoir défini toutes ces étapes que vous pourrez vous lancer sereinement dans la création de votre site e-commerce.
N’hésitez pas à vous faire accompagner par des professionnels du web et des spécialistes du e-commerce si vous sentez que vous avez besoin d’aide sur un ou plusieurs aspects de votre site. La création d’une boutique en ligne demande des compétences et un savoir-faire technique, en confiant votre projet à une agence web ou un freelance, vous pourrez vous concentrer sur l’essentiel de votre projet.

 

Source image : Rymden © Adobe Stock

Lire la suite