Les objets connectés : l’IoT

Les objets connectés : l’IoT

Publié le 28 août 2017 à 10h48 par Youlead

A l’heure où les objets connectés révolutionnent le numérique, beaucoup de PME ne connaissent pas l’IoT. C’est pourquoi ils ne tiennent pas compte de l’ampleur de cette innovation et de l’intérêt qu’elle pourrait apporter au sein de leur activité.

 

QU’EST-CE QUE L’IoT ?

L’IoT (Internet of Things ou l’Internet des objets connectés) est l’interconnexion d’objets qui sont reliés à Internet. Ces objets connectés prennent, petit à petit, place dans notre quotidien (montres connectées, domotique, TV connectées…).

Cette connexion à Internet apporte aux objets une valeur ajoutée en matière de fonctionnalité et d’usage. Ils sont « intelligents » car ils peuvent communiquer avec d’autres objets, ce qui leur permet de collecter et d’échanger des données entre eux. Ces objets ont donc pour mission de simplifier la vie quotidienne des consommateurs.

En résumé, l’IoT met en relation le monde physique avec celui du virtuel.

Pour avoir une idée plus concrète, prenons l’exemple des dispositifs de détection de chutes. Lorsqu’une personne, équipée d’un capteur de chutes, est immobilisée ou inconsciente, le capteur (bracelet) va automatiquement alerter les secours et la famille grâce aux informations collectées. Cette innovation pourrait sauver des vies.

QUELQUES CHIFFRES*

– En 2015, 72 millions d’objets connectés ont été vendus dans le monde.

– Le marché de l’IoT sera multiplié par 6 en 2020 et représentera 1 700 milliards $.

– En 2020, chaque foyer français aura 30 objets connectés.

 

L’IoT AU SEIN DE L’ENTREPRISE

L’IoT peut apporter un bon nombre d’avantages pour les entreprises et les aider à progresser.

D’après plusieurs études, il peut révolutionner l’entreprise notamment dans le développement de son efficacité opérationnelle, l’optimisation de ses actifs, la réduction de ses coûts, ainsi que l’amélioration de la productivité du personnel.

Actuellement les objets connectés les plus répandus en entreprise sont les Smartwatch, les badges connectés et les Smart glasses. Ils sont essentiellement utilisés pour répondre à un besoin de communication en temps réel, de gestion du temps, d’optimisation de l’accès et de la sécurité.

Articles connexes

Le dropshipping qu'est-ce que c'est ? Explications, avantages et dérives.

Avec l’explosion du e-commerce, de nombreux business sont apparus sur Internet. Un grand nombre de boutiques en ligne ont émergé et parmi elles, on retrouve les fameuses boutiques de dropshipping dont en entend beaucoup parler ces derniers temps.

Le dropshipping, qu’est-ce que c’est ? Quels sont les avantages ? Pourquoi ce business a-t-il une mauvaise image ? 

Réponses dans cet article ! 👇

 

C’est quoi le dropshipping ?  

 


Aujourd’hui considéré comme un business et un modèle économique, le dropshipping est en fait une méthode de vente bien ficelée qui repose sur un système de tripartie : le client, le revendeur et le fournisseur. L’outil indispensable pour faire du dropshipping est un site de vente en ligne sur lequel les clients pourront passer commande. 

Voici le circuit classique :

Le revendeur, aussi appelé, le “dropshipper”, met en avant le(s) produit(s) du fournisseur qu’il a sélectionné, sur son site e-commerce. Le fournisseur quant à lui, propose donc simplement ces produits à un revendeur. Le client achète via le site du revendeur, et se fait livrer par le fournisseur.


Vous cernez le rouage ?

Un exemple bien connu du dropshipping est la grosse machine Aliexpress ! En réalité, on passe régulièrement commande sur des sites de dropshipping sans même s’en rendre compte.

Et que se passe-t-il du côté du revendeur ? 

Le succès des business 100% dropshipping vient des produits "tendances". Repérer les tendances fait partie du jeu selon de nombreux dropshippers. Rien ne sert de revendre un produit dont la cote est en baisse. Avant de se lancer, il faut donc surveiller les produits qui ont du potentiel ou qui sont au début d’un buzz. Une boutique de dropshipping cartonne lorsque tout le monde s’arrache le produit en question. 
Il s’agit alors de trouver un fournisseur, une étape cruciale !
Une fois le produit sélectionné et le fournisseur trouvé, l'étape suivante est de créer son site e-commerce. Pour cela, il existe différents outils et éditeurs qui permettent de créer une boutique en ligne en quelques heures. 

Une fois cette boutique prête, place à la vente des produits. Mais pour vendre, la publicité est indispensable afin de se faire connaître. C’est là qu’intervient la publicité en ligne et notamment sur les réseaux sociaux. Le temps que le référencement naturel porte ses fruits, la publicité et les leviers web marketing restent les meilleurs amis des dropshippers. 
Tous ces investissements auront des retombées à court terme pour permettre au revendeur de générer du chiffre.

Et comme le succès du dropshipping se base sur des produits tendances, les boutiques vont et viennent. En effet, il est recommandé par certains dropshippers de créer différentes boutiques et d'en fermer d'autres qui ne fonctionnent plus. Un petit peu fastidieux, nous direz-vous. Avec une stratégie bien ficelée, certains ont réussi à créer leur propre marque, et se sont petit à petit professionnalisés dans le milieu du e-commerce.

Important à noter : il est possible d’avoir un site 100 % dropshipping ou un site qui comporte seulement quelques articles.

 

 

Quels sont les avantages du dropshipping ? 

 


C'est surtout pour le revendeur que cette méthode a différents avantages : 


1. La gestion des stocks.
C’est simple, avec le dropshipping, il n’y a aucune gestion des stocks pour le revendeur. 

2. Les envois de colis.
En plus de ne pas gérer les stocks, il ne s’occupe pas non plus des envois de colis. C’est le fournisseur qui gère également cette partie.

3. Et niveau logistique ?
Zéro logistique à gérer pour le revendeur, le fait de ne pas avoir la gestion des stocks et celle des colis à sa charge est un réel avantage. Vous l’aurez compris, cette méthode diminue significativement les coûts de fonctionnements.

4. Permet de générer des revenus rapidement avec des investissements moindres.
En effet, pas besoin d’un gros investissement pour créer sa boutique en ligne de dropshipping. La plus grosse dépense va certainement provenir de la publicité que vous allez déployer.

 


Les dérives du dropshipping

 


Le concept de dropshipping ne date pas d’hier. On pourrait croire que c’est un business qui a fait surface ces dernières années, mais non, il a simplement connu un grand effet de mode. Pourquoi ? Il semblerait que cela vienne des entrepreneurs et influenceurs qui en ont fait la pub. 

Vous êtes peut-être déjà tombé sur une publicité ou une vidéo YouTube avec de jolies phrases du genre :
"Tu veux réussir ta vie ?","Tu veux devenir millionnaire ?", "Gagner de l’argent sur Internet facilement et rapidement ?".
Ces personnes vendent le dropshipping comme la solution facile pour ouvrir un site e-commerce, créer son business et faire beaucoup d’argent en mode “auto-entrepreneur”. Vendu comme une solution miracle, il faut se méfier des apparences.

Étiqueté comme une “arnaque”, le dropshipping a vu son image s’assombrir. Rappelons que le dropshipping est légal, lorsqu’il est bien fait. Le fait d’acheter un produit et le revendre en faisant une marge n’a rien d’extraordinaire, c’est même très commun. Néanmoins, ce sont les dérives du dropshipping qui lui font défaut. Des articles revendus à prix fort, des produits commandés jamais reçus, des contrefaçons, des fausses marques, fausses promotions… La liste est longue. Des pratiques commerciales trompeuses et immorales qui ont eu pour effet d'impacter négativement la réputation du dropshipping.

Des influenceurs ont d’ailleurs fait scandale pour abus d’influence sur les réseaux sociaux en ayant fait la promotion de produits à “fausses promesses”. Un ensemble de situations dénoncées par des internautes arnaqués. Avec la méfiance montante des internautes, certaines agences d’influence font désormais l’enquête et refusent de travailler avec des sites de dropshipping.

Des produits de luxe fortement bradés pour des promos exceptionnelles, des codes promos en pagaille, un compte à rebours, une promo qui donne l’impression de faire l’affaire de l’année, c’est la signature du dropshipping : l’urgence + la bonne affaire.

 


Ce business, c'est tellement développé, qu’aujourd’hui il existe des influenceurs du milieu qui diffusent leurs conseils pour réussir dans le dropshipping : formations, master class gratuites, lives, coaching... Bref, un business autour du business.
La loi française a commencé à se pencher sur le sujet du dropshipping. A-t-il encore de l'avenir ? Restons connectés pour le savoir. 

 

 

 

Source image : kite_rin © Adobe Stock

Lire la suite

Le Click and Collect : une opportunité pour les commerces de proximité

Le click and collect, on en entend parler très régulièrement en ce moment. Et pour cause, il est devenu plus populaire ces derniers temps. Mis en avant comme LA solution pour permettre aux commerces de maintenir un minimum de leur activité durant le confinement. Très apprécié des consommateurs, le click and collect ne date pas d’hier. Beaucoup de grandes entreprises l'ont déjà adopté depuis un certain temps pour vendre leurs produits comme l’enseigne de maquillage Sephora par exemple.

En quoi consiste le click and collect ? Et comment peut-il être un nouveau canal de vente intéressant pour votre entreprise ?

Réponses dans cet article 👇

Bon, tout d’abord faisons un bref résumé de ce qu’est le click and collect. 
Le click and collect consiste à commander sur internet pour ensuite aller retirer son ou ses achats en magasin. On appelle cela, une solution web-to-store. Pour info, le web-to-store est une réponse à un comportement très courant chez les consommateurs : faire une recherche en ligne pour s’informer et comparer les prix, prendre connaissance des avis clients (ou d'autres actions de ce genre) dans le but de trouver le produit ou service qui répond au mieux à nos attentes et se rendre en point de vente pour effectuer notre achat. 
Actuellement présenté comme un moyen de survie pour les commerces de proximité, le click and collect peut vous être utile sur le long terme et peut devenir un réel avantage, tant pour vous que pour vos clients.

Voici quelques avantages du click and collect pour les commerces de proximité...

Souplesse du paiement

Peut-on payer en ligne ? Oui tout à fait ! On peut régler ses achats directement en ligne au moment de la commande ou bien payer une fois sur place au moment du retrait de la commande. Peut-être que vos clients ne sont pas très à l’aise avec le paiement en ligne, mais apprécient le fait de pouvoir commander de chez eux. C’est donc une solution flexible qui ravira tout aussi bien les adeptes comme les sceptiques du paiement en ligne.

 

Pas de frais de port et pas de gestion de livraison de commande

Et ça, c’est non négligeable. Lors d’une commande en ligne, les frais de port peuvent être un frein à l’achat pour les consommateurs. Ils sont parfois très élevés en comparaison du prix du produit et sont une des raisons pour lesquelles certains internautes abandonnent leur commande. Avec le click and collect, pas de frais de port ou de frais de livraison ! On paie le produit, un point c’est tout
Côté commerçant, la gestion de la livraison peut s’avérer complexe. Il faut revoir son organisation en interne et veiller aux délais de livraison. Mais la gestion de la livraison, c’est aussi un outil technique à mettre en place qui peut demander beaucoup de temps et beaucoup d’argent. En optant pour le click and collect, on se débarrasse de ces contraintes, même si cela demande une nouvelle organisation de gestion des commandes au sein de l’entreprise.

 

Maintien du contact direct avec les clients

A contrario de la livraison à domicile, le retrait en magasin vous permet de garder un contact direct avec votre client, même s’il est bref. Vous pouvez échanger quelques mots et pourquoi pas, l’interroger sur le service que vous proposez.
Et si c’est un nouveau client, il vous aura découvert VOUS ainsi que votre magasin et son ambiance. Il sera peut-être plus à même de revenir pour un futur achat.

 

Conseils et fidélisation

Comme vu précédemment, le fait d’avoir un contact direct avec ses clients est bien plus propice à l’échange. Cela laisse la possibilité de donner des conseils sur l’utilisation du produit, de donner quelques explications et précisions, de répondre aux questions et de parer à d'éventuelles insatisfactions qui seraient dues à une incompréhension de la part du client. 
C’est aussi un outil qui vous permet de fidéliser vos clients. D’une part, vous leur offrez une nouvelle manière de faire leurs achats chez vous, une innovation qu’ils devraient pouvoir apprécier. Mais en plus, vous ne perdez pas ce lien qui s’est créé entre vous et conservez votre moment de rencontre.

 

Délai d’attente réduit !

Le click and collect c’est aussi la solution des impatients ! Les délais entre la commande et le retrait dépendent des magasins, mais en règle générale, il est possible de venir chercher ses achats en point de vente le jour même. De quoi satisfaire les plus pressés !

 

Le mix idéal entre e-commerce et commerce physique

Profitez des atouts du e-commerce et d’une boutique physique ! Vous diversifiez votre offre pour le bonheur de certains clients qui rêvaient de pouvoir acheter chez vous sans bouger de leur canapé. Vous attirez de nouveaux clients tout en conservant le lien avec vos clients fidèles qui auront à leur disposition un nouveau service. Un nouveau canal de vente qui vous permet de doper votre trafic en magasin et de faire de la vente additionnelle (hors contexte de confinement) et donc, de générer du chiffre d’affaires.

 

Youlead vous accompagne dans la mise en place d’un service de click and collect ☝
Si vous souhaitez vous réinventer pour demain avec de nouveaux services, notre équipe se fera un plaisir de vous conseiller.

Source image : DanRentea © Adobe Stock

Lire la suite

Les chiffres clés du e-commerce en 2020

La Fevad (fédération e-commerce et vente à distance) publie ses chiffres clés du e-commerce 2020. Cette étude fait un tour d’horizon de la vente en ligne en abordant divers thèmes comme l'économie de la vente en ligne, le développement du commerce mobile, le profil type des consommateurs, leur sensibilité éco-responsable… Une étude riche en informations et instructive. 

 


Le e-commerce passe le cap des 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires  

 

Le chiffre d’affaires du e-commerce est encore en net progression et cela depuis 2015. En hausse de 11.6 % par rapport à 2018, le e-commerce représente 103.4 milliards d’euros en 2019. On ne peut pas nier la performance de la vente en ligne qui chaque année prend de plus en plus d’espace dans nos habitudes de consommation.

 

 

Zoom sur les e-acheteurs et l’utilisation du mobile

 

8 internautes sur 10 achètent sur Internet tous supports confondus. On constate que les femmes autant que les hommes sont des adeptes du e-commerce (82 % d’hommes vs 81.5% de femmes). Les plus gros utilisateurs du commerce en ligne sont les 25-34 ans, on pourrait alors penser que c’est une affaire de jeunes actifs, mais non loin derrière on retrouve les 35-49 ans. La vente en ligne ne semble pas être une affaire de génération au vu de la diversité d’âge des acheteurs. On peut donc considérer que presque tout le monde a ou va à un moment donné acheter en ligne. Pour les e-commerçants, il est donc important de repérer les acheteurs réguliers.
D’autre part, 3 internautes sur 10 font leurs achats sur internet via leur mobile ce qui représente
16.3 millions de Français. 

 

Les achats des m-acheteurs sont en grande partie orientés produits. En effet, 64 % des e-acheteurs mobile commandent des produits sur internet, 41 % achètent des services (billets culturels, voyages…),
18 % achètent des applications et enfin 17 % commandent des abonnements dématérialisés à des produits culturels.

 

 

La vente en ligne, une aubaine pour le commerce de proximité

 

Les consommateurs sont demandeurs de services de proximité et le e-commerce aide les TPME à répondre à la demande. Si l’on prend l’exemple de l’alimentation, de plus en plus de producteurs locaux proposent un service en ligne pour commander son panier ou se le faire livrer. Les artisans et les commerçants ont une belle opportunité de générer du chiffre d’affaires grâce à une boutique en ligne qui vient compléter leur présence en physique. On parle de dynamique omnicanale. On optimise ses points de contacts et méthodes de distribution pour satisfaire les attentes des consommateurs.

 

 


Les marketplaces, des atouts pour l’e-commerce

 

Les marketplaces ou les “places de marché” sont des sites internet où des vendeurs indépendants vendent leurs produits. Pour n’en citer qu’un, Amazon est ce que l’on appelle une marketplace. Ces sites sont très pratiques pour les internautes. Ils peuvent trouver des produits très divers à un seul et même endroit. Populaires, les places de marchés attirent aussi les petites et moyennes structures pour distribuer leurs produits. Les TPE et PME utilisent donc ces plateformes pour booster leur business.

 

 

Amazon, le champion de la vente en ligne

 

L’étude présente le top 5 de la pénétration des sites e-commerce. Avec plus de 200 600 sites marchands actifs, la concurrence se fait sentir, mais certains grands groupes réussissent à tirer leur épingle du jeu. En 2019, les sites qui comptent le plus grand nombre de clients sont Amazon (sans surprise), la Fnac, Cdiscount, Veepee puis Eleclerc.


 

Les Français, la mode et le e-commerce

 

Le monde de la mode et de l’habillement est très populaire sur le web, il représente à lui tout seul la moitié des achats effectués en ligne avec 51 % des e-acheteurs, suivi de près par les produits culturels.
Bon à savoir : le montant moyen d’une transaction est de 59 euros. Un chiffre légèrement en baisse (-3.6 %) par rapport à 2018.

 



Sensibilité éco-responsable et e-acheteurs


Les consommateurs sont de plus en plus sensibles à l’environnement et à l’écoresponsabilité. L’étude démontre que 70 % des consommateurs privilégient les sites qui s’engagent dans une démarche responsable.

 

 

Source : Étude de la Fevad, pour voir toute l'étude cliquez ici.

Crédit photo : Elena © Adobe Stock

Lire la suite